les frères musulmans appellent au soulèvement en égypte
les frères musulmans appellent au soulèvement en égypte © reuters

Le nouveau premier ministre égyptien va tenter aujourd'hui de former un gouvernement de transition alors que le climat reste tendu à cause d'une "chasse aux islamistes" marquée notamment par le mandat d'arrêt contre leur Guide suprême Mohamed Badie.

Le nouveau premier ministre, Hazem Beblawi, nommé mardi soir en même temps que Mohamed ElBaradei au poste de vice-président, doit poursuivre ses consultations pour essayer de former un gouvernement intérimaire de transition.

La tâche d'Hazem Beblawi s'annonce compliquée, d'abord parce qu'il lui faut redresser une économie au bord de la faillite mais surtout parce qu'il fait face à l'impasse d'une réconciliation entre pro et anti-Morsi.

Climat de "chasse aux islamistes"

Le parquet égyptien a ordonné mercredi l'arrestation de plusieurs cadres des Frères musulmans, dont est issu le président destitué Mohamed Morsi, et Hazem el Beblaoui, nommé la veille Premier ministre par interim, a dit vouloir s'atteler immédiatement à la formation d'un gouvernement.

La justice recherche Mohamed Badie, guide de la confrérie islamiste, son adjoint Mahmoud Ezzat, et Essam el Erian et Mohamed el Beltagui, responsables de l'aile politique du mouvement, pour incitation à la violence lors des affrontements du début de semaine.

Vanessa Descouraux, au Caire, revient sur ce climat hostile aux Frères musulmans

Une fusillade a fait 55 morts lundi au Caire devant la caserne de la Garde républicaine où serait détenu Mohamed Morsi, déposé par les militaires le 3 juillet à la suite d'imposantesmanifestations.

Selon Gehad al Haddad, porte-parole des Frères musulmans, qui dénonce une tentative visant à mettre fin aux manifestations de la confrérie, aucun des cadres recherchés n'a été interpellé.

Plus de 450 militants des Frères musulmans ont en outre été libérés sous caution, mais la détention de 206 autres a été prolongée de quinze jours, en raison de leur implication supposée dans les heurts de lundi.

Deux membres des services de sécurité ont par ailleurs été tués et six autres blessés par des rebelles islamistes dans le Sinaï, sur lequel le gouvernement central exerce peu de contrôle.

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/07/b71c37cb-e471-11e2-9f7b-782bcb6744eb/640_dossier_lienemission2.jpg" alt="lien_dossier_egypte" width="639" height="150" />
lien_dossier_egypte © Radio France

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.