Egypte, femmes et Sissi
Egypte, femmes et Sissi © REUTERS/Asmaa Waguih

Le drame du vol d'EgyptAir risque fort d'avoir des conséquences sur un tourisme déjà en grande difficulté dans le pays. Révolution, changements de régime, terrorisme... Entre 2011 et aujourd'hui, le nombre de touristes annuel a été divisé par deux.

Environ 15 millions de touristes chaque année avant la révolution de 2011, moins de 7 millions l’année dernière. C'est dire si le secteur est en chute libre ces dernières années. Et moins de touristes, c’est aussi moins d’argent pour le pays, puisque les revenus qui y sont liés sont en baisse de 66 %.

Européens et Russes se méfient

Chez les professionnels français des voyages, après le drame du vol d'EgyptAir, le sentiment se résume en une phrase d’un tour operator : "Cela risque d’être le coup de grâce pour le tourisme égyptien".

Dans les agences de voyages françaises, on reconnaît d’ailleurs qu’à l’exception des amateurs de plongée en mer rouge, il n’y a quasiment plus de demandes pour des séjours en Égypte. Une situation similaire chez les autres gros clients du pays, à savoir l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Russie, notamment depuis l’attentat contre un avion russe en octobre dernier, qui avait fait 224 morts.Tour operators et agents de voyages français attendent eux aussi des explications, redoutant la thèse de l’attentat, qui pourrait provoquer des annulations en cascade dans d’autres pays comme le Maroc ou la Tunisie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.