L'ultimatum lancé à Mohamed Morsi expire à 17h. Au Caire, les chars ont pris position autour de la télévision publique. Si le président n'accède pas aux "demandes du peuple", les militaires ont préparé une feuille de route pour sortir le pays de la crise.

Cet après-midi, le commandement général des forces armées a tenu une réunion de crise pour envisager la suite des évènements. Il a reçu le représentant de l'opposition, Mohamed El Baradei, mais aussi le grand cheik de l'institut islamique Al Azhar, Ahmed al Tayeb et le pape de l'Eglise copte d'Egypte, Théodore II. Selon le quotidien officiel égyptien Al Arham, les militaires ont préparé une "feuille de route" qui prévoit une période de transition sous la direction d'un "gouvernement intérimaire neutre". Pendant ce temps, une nouvelle constitution serait élaborée avant l'organisation d'une élection présidentielle.

Quoi qu'il en soit, toujours selon le quotidien Al Arham, à 17h, Mohamed Morsi aura démissionné ou sera bel et bien renversé par le pouvoir militaire.

Le point de notre correspondante au Caire, Vanessa Descouraux

Un bras de fer sanglant

Cette nuit, Mohamed Morsi a rejeté l'ultimatum de l'armée lors d'un discours télévisé. Il a réaffirmé sa légitimité en tant que premier président élu démocratiquement en Egypt, dénonçant la menace de "coup d'Etat" militaire.

Le prix de la préservation de la légitimité, c'est ma vie. La légitimité est la seule garantie pour préserver notre pays.

Au même moment, les partisans du régime et les manifestants anti-Morsi s'affrontaient dans les rues du Caire et des autres villes du pays, des violences qui ont fait 23 morts et des centaines de blessés.

Aujourd'hui, les deux camps continuent de durcir leurs positions, menaçant de transformer la révolution en guerre civile.

Après avoir appelé, si besoin, au martyre, un des dirigeants des Frères musulmans a affirmé que le peuple ne restera pas calme face à la "rébellion militaire".

En face, l'armée a répondu à l'obstination de Mohamed Morsi et de ses partisans en publiant un texte intitulé "les dernières heures". Le message, qui émane du général Abdel Fatal al Sisi, est clair :

Nous jurons devant Dieu que nous sacrifierons notre sang pour l'Egypte et son peuple, pour les défendre des terroristes, des radicaux ou des fous.

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/07/878fffd3-e300-11e2-9f7b-782bcb6744eb/640_dossier_liendossier_egypte02.jpg" alt="Lien dossier Egypte" width="639" height="150" />
Lien dossier Egypte © Radio France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.