Les Frères musulmans appellent à de grandes manifestations en ce premier vendredi de ramadan en Egypte, faisant craindre de nouvelles violences après la mort de plus de 90 personnes depuis la destitution de Mohamed Morsi par l'armée. Dans région du Sinaï, les attaques se multiplient.

Les partisans du président déchu, dont le guide suprême et plusieurs autres dirigeants sont recherchés par la police, demandent le rétablissement de Mohamed Morsi dans ses fonctions, une démarche qui paraît vouée à l'échec.

Selon des responsables égyptiens, Mohamed Morsi est toujours détenu dans les locaux de la Garde républicaine, là même où 53 manifestants islamistes ont été abattus par l'armée lundi. Quatre soldats ont également été tués au cours de ces affrontements provoqués, selon l'armée, par des "terroristes". Les Frères musulmans affirment au contraire avoir été attaqués alors qu'ils priaient.

Les images sanglantes de ces affrontements ont choqué nombre d'Egyptiens, d'autant que le pays vient d'entamer le mois de jeûne sacré de ramadan.Les Frères musulmans, dont plusieurs dirigeants font l'objet d'un mandat d'arrêt pour "incitation à la violence", se disent victimes de la même répression que celle qu'ils ont subi àl'époque d'Hosni Moubarak, renversé par la rue et l'armée en février 2011.

Les islamistes accusent aussi les médias d'avoir pris le parti de l'armée, reportage de Yann Gallic

Aujourd'hui, premier vendredi du ramadan, les pro et les anti-Morsi se sont à nouveau donné rendez-vous dans la rue et on peut craindre d'autres violences. Pour la rupture du jeûne, les anti-Morsi ont prévu un rassemblement sur la place Tahrir du Caire. En face, les islamistes ont l'habitude de se retrouver après le coucher du soleil devant la mosquée Rabaa al-Adawiya du Caire. ### Attaques dans le Sinaï Un policier égyptien a été tué et un autre grièvement blessé pendant une nouvelle attaque à la roquette contre un poste de contrôle routier dans le nord de la péninsule du Sinaï, a-t-on appris de sources sécuritaires. L'attaque s'est déroulée aux premières heures de vendredi au nord de la ville d'Al Arich, en direction de la frontière avec Israël et la bande de Gaza, ont précisé les sources, ajoutant que plusieurs autres attaques ont été lancées contre des postes de contrôle, sans faire de victimes. Les attaques de ce genre se sont multipliées ces derniers jours. L'une d'elles a fait deux morts et six blessés jeudi dans un village du centre de la péninsule. _Les explications de notre correspondante, Vanessa Descouraux_
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.