Un peschmerga, un combattant kurde, près de la ligne de front avec les combattants de l'Etat islamique, dans le nord du pays.
Un peschmerga, un combattant kurde, près de la ligne de front avec les combattants de l'Etat islamique, dans le nord du pays. © Landov/MaxPPP / MITCHELL PROTHERO

Le ministre des Affaires étrangères français s’est exprimé depuis Bagdad, où il est arrivé ce dimanche. Il doit ensuite se rendre à Erbil, pour superviser la livraison de l’aide humanitaire aux réfugiés.

Laurent Fabius s’est exprimé au sortir d’une brève entrevue avec son homologue irakien par intérim, Hussein Chahristani. A l’instar de la position des Etats-Unis, le ministre des Affaires étrangères français a appelé les Irakiens à former un gouvernement d’union nationale , alors que l’Irak affronte cette crise sans gouvernement.

Il faut que tous les Irakiens se sentent représentés, et puissent ensemble mener la bataille contre le terrorisme.

►►► LIRE AUSSI | Irak : Obama prévient que "cela prendra du temps"

Cela faisait 6 ans, depuis la visite de Bernard Kouchner en 2008, qu’un ministre des Affaires étrangères français ne s’était pas rendu dans le pays. Mais la France entend bien montrer son soutien aux populations d’Irak . Outre Massoud Barzani, le président du gouvernement régional du Kurdistan irakien, Laurent Fabius doit rencontrer les représentants des minorités chrétiennes et yézidis.

Une fois à Erbil, Laurent Fabius y supervisera la livraison française de produits de première nécessité , emboîtant le pas des Etats-Unis qui a déjà commencé à parachuter des colis humanitaires. Ce dimanche, l’équivalent de 52.000 repas et des conteneurs d’eau ont été largués par les avions américains. La Grande-Bretagne a également commencé à distribuer de l’aide humanitaire dans la matinée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.