Les cas de rougeole dans le monde ont été multipliés par quatre au premier trimestre 2019, par rapport à la même période de l'an dernier, alerte l'OMS. La maladie resurgit un peu partout dans le monde, à cause d'une défiance envers les vaccins. Mais la défiance peut aussi avoir des motifs religieux comme en Israël.

À Jérusalem le quartier de Mea Shearim est l’un de ceux les plus touchés par la rougeole
À Jérusalem le quartier de Mea Shearim est l’un de ceux les plus touchés par la rougeole © AFP / The Yomiuri Shimbun / Yasushi Kaneko

Les États-Unis mettent en place actuellement des mesures de plus en plus drastiques pour tenter d’endiguer une épidémie de rougeole qui touche, entre autres, l’État et la ville de New-York où les quartiers les plus touchés sont ceux à forte population ultra-orthodoxe juive.  

Israël a été touché cet hiver par une importante épidémie de rougeole et d’après la télévision israélienne, le problème reste entier. Deux millions de personnes, soit presque un quart de la population en Israël, ne sont pas correctement vaccinées contre cette maladie.

Dans Jérusalem, le quartier de Mea Shearim est l’un des nœuds du problème. C’est un secteur ultra-orthodoxe, réputé pour sa radicalité. En novembre dernier, une fillette d’un an et demi est morte de la rougeole. La moitié de la population ne serait pas vaccinée d’après la presse israélienne. Henry Khan est un ultra-orthodoxe. Il est rabbin et dirige une revue religieuse. "Il peut y avoir une certaine confiance dans la grâce divine, les gens se disent : 'Moi ça ne m'arrivera pas, pas la peine de prendre toutes ces précautions.' Les gens prennent généralement les médicaments. Sur les vaccins, par contre, il peut y avoir un certain dédain, une certaine politique qui consiste à se dire : 'ça ne m’arrivera pas, point à la ligne'."

Il y a trois ans, neuf cas de rougeole avaient été détectés en Israël. Cet hiver, 2 000 personnes ont contracté la maladie. Majoritairement à Jérusalem. L’administration est accusée d’avoir été laxiste dans sa gestion, lors de l’apparition des premiers signes. 

Les lots de vaccins sont également jugés insuffisants. 215 000 doses sont actuellement disponibles et le personnel n’est pas assez nombreux. Le ministère de la Santé est également accusé d’avoir négligé les campagnes d’information. Sachant que les ultra-orthodoxes ont leurs propres écoles et qu’ils ont en moyenne 7 enfants par famille. Pour autant, le ministère de la Santé, dirigé par un ministre ultra-orthodoxe, affirme que le taux de vaccination en Israël est l’un des plus élevés au monde....

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.