Chaque jour, France Inter vous emmène à la rencontre d’une figure dans la lutte contre le Covid-19 dans le monde. Aujourd’hui, l'Américaine Gretchen Whitmer, gouverneure démocrate du Michigan, dont le plan de confinement strict provoque des manifestations et s'attire les foudres de Donald Trump.

Gretchen Whitmer, gouverneure du Michigan, impose un plan de confinement très strict
Gretchen Whitmer, gouverneure du Michigan, impose un plan de confinement très strict © AFP / Bill Pugliano / Getty Images / AFP

En peu de temps, cette femme démocrate de 48 ans, mariée à un dentiste et mère de deux enfants, gouverneure depuis seulement un an et demi, est devenue l’étoile montante du parti démocrate. Gretchen Whitmer a été élue en 2018 à la tête du Michigan mais elle est restée plutôt discrète jusqu'à l'arrivée du Covid-19. Son État, ouvrier, avait déjà du mal à se remettre de la crise de l'industrie automobile. Troisième Etat comptabilisant le plus grand nombre de morts après New York et le New Jersey, le Michigan est frappé de plein fouet par le coronavirus. 

Envers et contre tous, elle impose un confinement strict

L’image restera dans l’histoire : des militants d’extrême droite lourdement armés faisant irruption jeudi 30 avril dans le Capitole, le bâtiment abritant le Parlement du Michigan. Ils protestaient avec les républicains contre l’un des plans de confinement les plus drastiques des Etats-Unis, mis en place par Gretchen Whitmer. 

Des manifestants armés dans le Capitole du Michigan (Etats-Unis) pour protester contre le confinement
Des manifestants armés dans le Capitole du Michigan (Etats-Unis) pour protester contre le confinement © AFP / JEFF KOWALSKY

De son coté, la gouverneure estime que la situation sanitaire du Michigan (43 207 malades au 2 mai, et 4 020 décés) est suffisamment grave pour "continuer à mener une action très offensive pour réduire l'exposition et éviter une deuxième vague de Covid-19".

De son coté, Donald Trump prend la défense des manifestants, estimant même que "la gouverneure du Michigan devrait négocier avec ces gens qui sont des gens bien mais qui sont en colère et qui veulent retrouver leurs vies d'avant".

Réponse de Gretchen Whitmer : "Je ne vais pas prendre des décisions sous la pression politique de certains. Je ne suis pas à mon poste pour m'amuser."

Celle qui a critiqué dans une tribune cinglante la gestion de la crise par le président américain prolonge le confinement jusqu’au 15 mai, puis jusqu’au 28. Déjà, elle expliquait sa radicalité sur CNN le 22 avril dernier :

Désormais, Donald Trump l'appelle avec mépris "cette femme du Michigan".

Elle a dit

En réponse à plusieurs manifestations qui ont eu lieu avant celle de jeudi dernier au Capitole, elle disait sur CNN : 

"Oui, nous avons l'un des plans les plus stricts du pays. Mais j'essaie de sauver des vies. Même si l'on est pour la défense des libertés individuelles, on ne doit pas mettre des vies en danger."

Une candidate potentielle au poste de vice-présidente

Joe Biden, le candidat démocrate à la présidence des États-Unis le 3 novembre prochain, s'est engagé à nommer une femme comme colistière au poste de vice-présidente. Une dizaine de noms circulent avec insistance et celui de Gretchen Whitmer est en bonne place. Sa gestion de la crise et de l'après-crise sera déterminante pour apprécier s'il s'agit d'un personnage politique comme un autre, ou bien s'il s'agit d'une solide personnalité au destin national.

Depuis la crise du coronavirus en tout cas, elle a  son personnage parodique dans le show Saturday night live. Un signe de sa soudaine célébrité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.