L'Aquarius, qui faisait route vers Valence, en Espagne, avec près de 600 rescapés à son bord, a dû changer de cap à cause des conditions météo difficiles. Le navire affrété par SOS Méditerranée navigue en ce moment au large de la Sardaigne.

A bord de l'Aquarius, qui fait route vers l'Espagne et subit des conditions météo difficiles, le 14 juin 2018
A bord de l'Aquarius, qui fait route vers l'Espagne et subit des conditions météo difficiles, le 14 juin 2018 © AFP / Kenny Karpov / SOS MEDITERRANEE

Attendu samedi à Valence (Espagne), le navire humanitaire Aquarius et les deux navires italiens qui l'accompagnent avec 629 migrants à leur bord ont changé de cap en raison de l'état de la mer. Ils naviguent désormais, selon l'ONG, près des côtes de la Sardaigne :

"Cette route on ne la connait pas", explique ce jeudi Frédéric Pénard, directeur des opérations sur l'Aquarius, à notre reporter Delphine Evenou, "Simplement on sait qu'on doit rejoindre Valence en longeant les côtes de Sardaigne, pour profiter de cet abri le plus longtemps possible."

Nous avons quitté les côtes de Sicile hier soir, et à partir de là le temps s'est dégradé très fort, des gens sont tombés malades (...) On a dû tendre des filins en travers du pont pour que les gens puissent se tenir, et petit à petit, les mettre à l'abri à l'intérieur du bateau"

"Le Dattilo, le navire des garde-côtes italiens guidant notre convoi, a décidé de changer l'itinéraire" explique l'ONG ce jeudi. "L'Aquarius naviguera le long de la côte est de la Sardaigne pour éviter le mauvais temps et préserver les rescapés malades, épuisés et choqués, d'une situation intenable", a-t-elle indiqué sur Twitter.

Frédéric Pénard : "Le sentiment que les marins partagent, c'est une énorme indignation. Les gens sont en colère parce que nous ne sommes qu'à quelques encablures d'une côte européenne, la Sardaigne, et qu'on pourrait débarquer à n'importe quel moment. On trouve ça indécent de faire voyager ces gens encore plusieurs jours et de leur faire subir ces conditions maritimes après tout ce qu'ils ont vécu." 

Conditions indignes

Frédéric Pénard, expliquait déjà mercredi : "On commence à s'éloigner des côtes siciliennes, ça veut dire que la mer est un peu plus forte. On nous prédit une météo un peu plus dure, avec des vagues qui peuvent aller jusqu'à 4 mètres (...) Notre urgence, c'est de pouvoir débarquer ces gens dans des conditions dignes."

"Les conditions de vie à bord sont extrêmement précaires", explique-t-il encore : 

Certains dorment sur le pont arrière qui est heureusement couvert, nous avons 4 WC pour 200, de la nourriture extrêmement basique. Ce ne sont pas des conditions dignes pour des personnes extrêmement fatiguées

Une route encore plus longue

Selon le site de suivi du trafic maritime Marine Traffic, l'Aquarius et le Dattilo se trouvaient jeudi après-midi au large de la côte est de la Sardaigne. S'ils devaient remonter tout le long de la Sardaigne, avant de pouvoir à nouveau faire cap à l'ouest vers Valence, ils allongeraient considérablement leur route.  

Situation de l'Aquarius jeudi après-midi au large de la Sardaigne
Situation de l'Aquarius jeudi après-midi au large de la Sardaigne © Radio France / Capture écran du site TrafficMaritime

Ils passeraient aussi à proximité de la Corse, dont les autorités locales avaient offert de les accueillir avant que l'Espagne soit choisie comme destination.  

Les 629 migrants à bord de ces navires ont été secourus au large de la Libye entre samedi et dimanche derniers avant de rester bloqués 72 heures au large des côtes maltaises, à bord de l'Aquarius. Une partie d'entre eux ont ensuite été transférés à bord de deux navires italiens, avant que les trois navires ne fassent route vers Valence.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.