Le volcan Cotopaxi en Equateur
Le volcan Cotopaxi en Equateur © cc El Freddy / El Freddy

L'Équateur décrète l'état d'exception suite au réveil du volcan Cotopaxi, proche de la capitale Quito. Ce volcan est considéré comme l'un des plus dangereux du monde, plusieurs localités évacuées.

Le volcan, situé à moins de 50 km au sud de la capitale Quito, a été secoué vendredi par de nombreuses explosions, dégageant une importante colonne de cendres jusqu'à 8 km de hauteur. Les cendres du volcan, perché à 5.897 mètres d'altitude, sont tombées dans toute la région, jusqu'à la capitale.

Crainte de coulées de boue

400 personnes ont été évacuées par prévention, déplacées dans des auberges, des installations de fortune. Les autorités demandent à la population de préparer kits d'urgence, tout en restant calme.

Comme l'a démontréla dernière éruption catastrophique en 1877 ,le danger ne vient pas de l'éruption en soi mais des coulées de boue provoquées par la fonte des glaces du volcan. Modérément actif depuis cette date, il est considéré par es scientifiques comme l'un des plus dangereux au monde en raison de la grande quantité de neige présente à son sommet, et des populations vivant à proximité. Les coulées peuvent être intenses et dévastatrices.

Le ministre coordinateur de la Sécurité nationale, Cesar Navas, a tenté de rassurer la population en affirmant qu’aucune trace de coulée de boue n’avait encore été repérée. Certains habitants ont donc été autorisés à rentrer chez eux. Mais deux communautés restaient dimanche concernées par l’ordre d’évacuation.

Le président équatorien, Rafael Correa, a drécétél'état d'exceptionqui lui permet d'avoir recours si nécessaire à l'armée.

Le président a bien fait de décréter l'état d'exception. L'Équateur n'est pas forcément en pointe en terme de gestion des risques. Il faudra gérer des habitants situés en zone inondable

Yorik Baunay est directeur de Catnat.net, un site Internet spécialisé dans la prévention des catatrophes naturelles:

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.