recep tayyip erdogan élu à la présidence de la turquie dès le premier tour
recep tayyip erdogan élu à la présidence de la turquie dès le premier tour © reuters

Droit dans ses bottes, le président turc Recep Tayyip Erdogan veut éradiquer à tout prix les kurdes du PKK, sous couvert de lutte contre le terrorisme. En ligne de mire, les prochaines élections législatives, quitte à créer une atmosphère électrique dans le pays.

Il ne décolère pas ! Le président Erdogan n'a toujours pas digéré l'échec électoral de son parti, l'AKP, qui a perdu la majorité au parlement en juin dernier. Et encore moins l'ascension des forces modérés kurdes qui ont obtenu 80 députés.

Aujourd'hui, pour lui, le pays est devenu ingouvernable , faute de pouvoir dégager une majorité parlementaire. Erdogan n'a plus qu'un objectif en tête : pendre sa revanche à l'occasion des élections anticipées prévues le 1er novembre. Et déjà, il donne de la voix sur le thème "moi ou le chaos", un discours qu'il martèle dans les médias.

Si l'AKP avait obtenu 400 députés lors du scrutin de juin, la Turquie ne connaitrait pas la tension qui agite le pays aujourd'hui.

La multiplication des affrontements meurtriers entre les forces de sécurité et les militants du PKK crée une ambiance de guerre civile . La Turquie n'a jamais semblé être autant polarisée entre islamistes et laïcs, turcs et kurdes.

Les opposants du président Erdogan l'accusent de souffler sur les braises de la question kurde. Lui, droit dans ses bottes, répond simplement : "lutte contre le terrorisme".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.