Les échanges sont de plus en tendus entre la Corée du Nord et les États-Unis. Face aux menaces du régime communiste, la question de l'efficacité des sanctions se pose.

Les échanges entre les États-Unis et la Corée du Nord prennent une tournure belliqueuse alors que l'ONU a adopté les mesures les plus sévères jamais adoptées contre le régime nord-coréen.
Les échanges entre les États-Unis et la Corée du Nord prennent une tournure belliqueuse alors que l'ONU a adopté les mesures les plus sévères jamais adoptées contre le régime nord-coréen. © AFP / Byron C. Linder / US NAVY

"Un dialogue raisonnable n'est pas possible avec une telle personne dépourvue de raison" a répliqué jeudi la Corée du Nord, après la réaction enflammée de Donald Trump mardi et mercredi aux menaces de frappes nord-coréennes sur des bases militaires américaines dans le Pacifique.

Les sanctions sont-elles efficaces ?

Devant ces échanges belliqueux entre les deux dirigeants, comment restaurer le calme ? La voie diplomatique reste privilégiée, à condition que la Chine, principal allié du régime nord-coréen, et la Russie respectent les sanctions imposées par l'ONU au pays communiste. Un septième train de sanctions et les mesures les plus sévères jamais adoptées contre la Corée du Nord, mais qui laissent les experts sceptiques sur leur efficacité.

Pour contraindre le régime à renoncer à ses programmes d'armement, des mesures ont été prises pour entraver les exportations de fer, de charbon, de pêche. Des produits exportés à 90% vers la Chine, souvent suspectée, d'après l'agence sud-coréenne Kotra, de ne pas respecter les embargos, alors même qu'ils votent les résolutions de l'ONU.

"Les Etats membres doivent fournir régulièrement des rapports sur leur application des sanctions", explique sous couvert d'anonymat un diplomate au fait du dossier. "Dans le passé, la Chine n'envoyait pas grand chose. Maintenant si, elle collabore davantage". "La tendance est à l'application", abonde un autre diplomate. Comme en écho, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a affirmé lundi que la Chine allait "assurément appliquer la nouvelle résolution à 100%, pleinement et strictement".

La Corée du Nord pourrait toutefois encore détourner les embargos en commerçant avec d'autres pays. La Thaïlande a récemment été réprimandée par les États-Unis qui exigent un cordon réellement étanche pour les exportations nord-coréennes visées par les résolutions de l'ONU.

Par le passé, les résolutions de l'ONU ont eu des effets positifs en Afrique du Sud pour supprimer l'apartheid ou pour obtenir un accord avec l'Iran sur son programme nucléaire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.