Madrid : manifestation contre la réforme de l'IVG
Madrid : manifestation contre la réforme de l'IVG © REUTERS/Susana Vera

Des dizaines de milliers de personnes sont attendues dans les rues de Madrid, ce samedi, pour défiler contre la réforme de l’IVG présentée il y a un peu plus d’un mois par le gouvernement de Mariano Rajoy et qui doit passer devant le Parlement où le Parti populaire détient la majorité absolue.

L’avant-projet de loi prévoit de faire passer l’avortement du rang de droit, autorisé aujourd’hui sans justification jusqu’à la 14ème semaine, à celui de délit. Seules deux exceptions sont prévues : en cas de viol ayant fait l'objet d'une plainte préalable, et en cas de danger pour la santé physique ou psychique de la femme, danger démontré par un double rapport médical.

Chez les féministes, parmi les travailleurs de la santé, et dans toute l’opposition de gauche, c’est une levée de boucliers.

A Madrid, le reportage de Mathieu de Taillac.

Les femmes espagnoles sont inquietes, car si le projet est adopté, cela ramènera le pays 30 ans en arrière, avant la loi de 1985. A l'époque, le droit à l'avortement était autorisé seulement en cas de viol ou d'incapacité physique ou mentale de la femme enceinte.

Nati, 57 ans, se souvient : elle avait avorté malgré la loi, il fallait alors se cacher. Elle est au micro de Julie Pietri.

Manifestation de soutien à Paris

Le mouvement "La marche mondiale des femmes" a appelé à un rassemblement à Paris, ce samedi 1er février, pour soutenir les féministes espagnoles qui défendent le droit à l'avortement et dire non "à la régression des droits des femmes" en Europe. Les manifestants ont prévu de se retrouver à partir de 14H00, Place Joffre, dans le 7e arrondissement, pour se rendre jusqu'à l'ambassade d'Espagne.

"L'Espagne ne peut être le pays du grand retour en arrière", u n appel publié dans El Pais et dans Le Monde

Solidaires des femmes espagnoles, nous, femmes politiques françaises, appelons le gouvernement espagnol à retirer son projet de loi sur l'avortement

Treize femmes politiques et militantes féministes françaises, de gauche comme de droite, lancent un appel au gouvernement espagnol pour qu'il renonce à son projet de loi anti-IVG, un texte publié samedi sur les sites internet des quotidiens El Pais et Le Monde.

Le droit des femmes à disposer de leur corps n'est pas un supplément d'âme dans une société qui se targue de construire l'égalité. Il s'agit d'un droit fondamental, c'est le socle de l'égalité. C'est le signe principal de l'émancipation des femmes dans la société" (...) dans le monde une femme meurt toutes les neuf minutes d'un avortement clandestin

Le texte, initié par Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris et d'origine espagnole, demande aux femmes de "se mobiliser pour ce combat fondamental". Un appel co-signé par Clémentine Autain (féministe, directrice d'édition), Roselyne Bachelot (ancienne ministre UMP de la Santé), Michèle Barzach (ancienne ministre RPR de la Santé), Martine Billard (ancienne députée, Parti de Gauche), Jeannette Bougrab (ex-secrétaire d'Etat à la Jeunesse, UMP), Marie-George Buffet (députée de Seine-Saint-Denis, PCF), Caroline de Haas (féministe), Catherine Coutelle (députée PS, présidente de la délégation de l'Assemblée nationale des droits des femmes), Michèle Sabban (vice présidente PS de la région Ile-de-France), Yvette Roudy (ex-ministre du droit des femmes de François Mitterrand), Dominique Voynet (maire EELV de Montreuil) et Rama Yade (ancienne secrétaire UMP d'Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l'homme).

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.