Un jeune torero est mort samedi des suites d'un coup de corne lors d'une feria à Teruel, en Espagne. Selon les médias espagnols, c'est la première mort d'un torero depuis 30 ans.

Les festivités de la feria de Teruel, dans l'Est de l'Espagne
Les festivités de la feria de Teruel, dans l'Est de l'Espagne © Maxppp / Antonio García

Le torero espagnol Victor Barrio, 29 ans, a reçu un coup de corne du côté droit du thorax. Sous le regard des caméras de télévision, en pleine corrida,  un taureau de plus de 500 kilos, a asséné le coup de corne fatal, secouant plusieurs fois avec violence le torero en habit de lumière rouge et doré. Puis la bête est éloignée par les compagnons de Victor Barrio pendant que celui-ci gît à terre, les yeux grand ouverts, mais sans doute inconscient.

Les festivités qui devaient avoir lieu à l'issue de cette dernière journée de corridas ont été annulées. Le chef du gouvernement sortant espagnol Mariano Rajoy a adressé ses condoléances après sa mort. "Mes condoléances à la famille et les collègues de Victor Barrio, mort à Teruel. Repose en paix", a-t-il tweeté. Reconnu par les spécialistes pour son talent de torero, Victor Barrio avait débuté en 2008 et fréquenté les arènes de toute l'Espagne.

Un blessé grave l'an dernier

D'après les médias espagnols, le dernier décès d'un torero dans des arènes en Espagne remonte à 1985, quand un jeune prodige de 21 ans José Cubero "El Yiyo" est mort, d'un coup de corne porté au coeur. L'année dernière, un autre célèbre torero espagnol, Francisco Rivera "Paquirri" a été gravement blessé après un coup de corne à l'aine.

Selon les dernières données officielles disponibles, près de 2000 spectacles taurins ont été organisés en Espagne en 2014. Ils ont attiré six millions de spectateurs, selon l'Association nationale des organisateurs de spectacles taurins, qui affirme que les "toros" rapportent annuellement 3,5 milliards d'euros.

Mais la tauromachie divise. La Catalogne a ainsi interdit les corridas en 2012, et certaines villes ont suspendu la feria. Le parti de défense des animaux en Espagne Pacma, qui milite en particulier pour l'interdiction des spectacles taurins, a notamment obtenu un score électoral remarqué aux dernières législatives, dans un pays où les opposants à la corrida se font de plus en plus entendre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.