Cedril Belfrage
Cedril Belfrage © CC WP:NFCC#4

Les archives nationales britanniques ont déclassifié de nouveaux documents et le Royaume-Uni à découvert l’histoire incroyable de Cédric Belfrage, devenu, après Cambridge, un critique de cinéma renommé avant de devenir un espion très haut placé à la solde de l’URSS.

Décédé il y a 25 ans, Belfrage était connu pour avoir été expulsé des Etats-Unis vers l'Angleterre en 1955, à l’époque du Maccarthysme, parce qu’il était soupçonné d’avoir des sympathies communistes, mais on ignorait le rôle éminent qu'il avait occupé dans le monde de l'espionnage.

"Les cinq de Cambridge", ces cinq agents doubles qui avaient été recrutés par l’URSS quand ils étudiaient à l’université de Cambridge dans les années 1930, sont bien connus des britanniques. Le plus connu de tous était Kim Philby - John le Carré s’en est même inspiré pour un roman -. Mais il y avait donc un sixième personnage.

Les documents déclassifiés viennent de révéler que Cédric Belfrage avait été un espion britannique haut placé pour l’URSS. L’homme, après des études à Cambridge, était devenu l’un des critiques de cinéma le plus connus des années 1930, il a d'ailleurs longtemps travaillé comme critique de cinéma à Hollywood. Mais il était aussi un proche du principal espion britannique basé aux Etats-Unis. Pendant la Seconde guerre mondiale, il a ainsi pu transmettre très régulièrement des informations à Moscou.

Les Américains se doutaient de quelque chose

Pour se mettre à l'abri Cédric Belfrage avait inventé alors cette incroyable histoire : Oui, disait-il, il avait bien transmis des informations aux Russes, mais c’était un piège pour essayer de leur faire dévoiler eux aussi des informations. Les services de renseignements britanniques, très embarrassés par l’affaire, avaient alors refusé de confirmer ou non cette version aux Américains, et Cédric Belfrage est resté un espion non détecté jusqu’à sa mort, en 1990.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.