Kobané
Kobané © Reuters / Kai Paffenbach

Selon plusieurs sources sur place, les combattants de l'organisation de l'État islamique auraient été chassés de la quasi totalité de la ville syrienne, après quatre mois d'affrontements. C'est la plus importante défaite des djihadistes depuis leur apparition.

Le groupe État islamique serait encore présents dans quelques rues de l'est de la ville. Mais ils sont totalement pris en étau sur place par les combattants kurdes.

Il aura fallu quatre mois de combats intenses et de bombardements des avions de la coalition sans lesquels Kobané serait sans aucun doute tombée définitivement sous le contrôle du groupe État islamique, tant le rapport de forces était déséquilibré.

Des adolescents comme dernier rempart

D'un côté, des forces kurdes dotées le plus souvent d'armes légères (kalachnikovs et lance-roquettes), de l'autre des djihadistes formant une véritable armée, équipée d'artillerie lourde et de chars.

Il a fallu également l'aide des kurdes d'Irak, plus de 100 peshmergas dépêchés dans l'urgence après le feu vert de la Turquie, sous la pression des États-Unis. Près de 150 combattants de l'Armée syrienne libre avaient également rejoint le combat, des rebelles modérés déjà en lutte avec le régime de Bachar Al-Assad.

Le groupe État islamique a perdu près de mille hommes dans la bataille de Kobané, et se résout aujourd'hui à envoyer au front des adolescents non formés pour ce type de combats.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.