L’émotion ne retombe pas aux Etats-Unis après la mort d’un Afro-Américain de 25 ans tué par deux blancs fin février alors qu’il faisait son footing à Brunswick, en Georgie. Il aura fallu presque trois mois et la publication d’une vidéo pour que la justice décide d’interpeller les suspects, qui viennent d’être inculpés.

Dans le quartier résidentiel de Brunswick, en Georgie, où Ahmaud Arbery a été abattu de sang froid, un mémorial éphémère.
Dans le quartier résidentiel de Brunswick, en Georgie, où Ahmaud Arbery a été abattu de sang froid, un mémorial éphémère. © Radio France / Grégory Philipps

Dans le lotissement de Satilla Shores, en banlieue de Brunswick, il reste une petite croix en bois, quelques bouquets de fleurs posés là, et des mots inscrits à la craie sur le bitume. C’est dans cette petite allée ombragée qu’Ahmaud Arbery a été tué par deux hommes le 23 février dernier.

Mohamed, qui habite à quelques kilomètres, est venu se recueillir devant ce mémorial improvisé. "C’est l’affaire Trayvon Martin [du nom de ce jeune noir de 17 ans tué en Floride en 2012 dans des circonstances similaires, ndlr] qui recommence, regrette ce père de famille afro-américain. C’est une situation tellement triste. Cet homme faisait son footing. Et il a été abattu."

C’est aussi cela, la réalité d’être noir aux États-Unis.

Dans le lotissement de Satilla Shores, il reste une petite croix en bois, quelques bouquets de fleurs posés là, et des mots inscrits à la craie sur le bitume.
Dans le lotissement de Satilla Shores, il reste une petite croix en bois, quelques bouquets de fleurs posés là, et des mots inscrits à la craie sur le bitume. © Radio France / Grégory Philipps

En repartant au volant de sa camionnette, l’homme note que devant presque toutes les maisons du quartier, les habitants (presque tous blancs) affichent leur sympathie pour l’actuelle administration, avec des pancartes et des panneaux Trump 2020.

Il aura fallu 74 jours pour que la justice de Georgie se décide à agir et à interpeller les deux suspects. Mardi dernier, la vidéo de l’incident est rendue publique sur les réseaux sociaux. La séquence dure 36 secondes, elle a été filmée par un témoin (qui lui aussi doit être entendu par les enquêteurs). On y voit Ahmaud Arbery courir dans cette allée, croiser le chemin d’un pick-up blanc à bord duquel se trouvent deux hommes. Puis tout va très vite. Les deux passagers descendent de leurs véhicules, ils sont armés. Et ouvrent le feu, trois fois. Arbery tente de s’enfuir mais s’écroule quelques mètres plus loin sur le bitume. "Abattu comme un animal", témoignera sa mère plus tard à la télévision.

"Quand vous voyez ces images, vous ressentez de la colère. Mais il faut savoir mettre ses sentiments de côté et continuer à ramasser un maximum de preuves", a déclaré le directeur du Georgia Bureau of Investigation Vic Reynolds.
"Quand vous voyez ces images, vous ressentez de la colère. Mais il faut savoir mettre ses sentiments de côté et continuer à ramasser un maximum de preuves", a déclaré le directeur du Georgia Bureau of Investigation Vic Reynolds. © Radio France / Grégory Philipps

C’est cette vidéo qui provoque la réouverture de l’enquête et la saisie du Bureau des Investigations de Georgie mardi soir. En à peine 36 heures, le GBI interpelle les deux suspects. Il s’agit de Gregory MacMichael, 64 ans, un policier à la retraite, et de son fils Travis, 34 ans. Ils expliqueront aux policiers qu’ils pensaient avoir affaire à un voleur, un braqueur de voiture. "Quand vous voyez ces images, explique le directeur du Georgia Bureau of Investigation Vic Reynolds, vous ressentez de la colère. Mais il faut savoir mettre ses sentiments de côté et continuer à amasser un maximum de preuves. Mais oui, c’est extrêmement troublant."

Depuis la publication de cette vidéo, les réactions se sont multipliées. Les associations de défense des droits civiques ont réclamé que justice soit faite, et exigent de savoir pourquoi il a fallu attendre deux mois et demi avant ces arrestations. Des personnalités comme la star du basket LeBron James ou l’actrice Zoë Kravitz se sont publiquement émues. Le candidat démocrate à la Maison-Blanche Joe Biden a réclamé une enquête complète et transparente. Donald Trump lui-même a estimé vendredi sur Fox News que "ces images étaient très dérangeantes".

La Georgie, dont l’Histoire se confond avec celles de l’esclavage et de la ségrégation, est  l’un des quatre États américains à ne pas reconnaître comme circonstance aggravante le caractère raciste d’un crime. Cet État du sud permet aussi à des citoyens lambda de procéder à des interpellations. Un texte qui doit désormais être "resserré", estime Jeff Jones, le Représentant républicain de ce district de Brunswick, "particulièrement si entre en jeu le recours à des armes à feu".

Vendredi après-midi, une manifestation a réuni environ 200  personnes devant le tribunal de Brunswick, pour réclamer justice. Sur l’une des pancartes brandie par un manifestant, l’on pouvait lire : "Est-il illégal d’être noir et de faire son footing ?" Ahmaud Arbery aurait dû fêter son 26e anniversaire ce vendredi 8 mai.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.