L'administration Trump a lancé une guerre commerciale tous azimuts, qui sera au menu des discussions du G20 Finances ce week-end en Argentine.

Donald Trump est à l'origine de plusieurs "guerres commerciales" dans le monde
Donald Trump est à l'origine de plusieurs "guerres commerciales" dans le monde © AFP / Alain Pitton / NurPhoto

Aujourd'hui, c'est la Chine. Au début du mois, les Etats-Unis ont imposé des droits de douane sur 34 milliards d'importations en provenance de Chine. Pékin a riposté par une mesure de réciprocité.

Hier c'était l'Europe avec les taxes sur l'acier et l'aluminium

Avant-hier c'était le Mexique et le Canada, les premiers à riposter après l'imposition de nouvelles taxes américaines sur l'acier et l'aluminium. 

Donald Trump part en guerre commerciale contre le reste du monde.  

Par protectionnisme, Washington a en effet décidé d'imposer des taxes supplémentaires de 25 % sur les importations d'acier et de 10 % sur  l'aluminium en provenance de l'Union européenne, du Canada et du Mexique.

Pour Trump, une guerre commerciale est un jeu

Dans un éditorial intitulé "comment perdre une guerre commerciale", le New York Times rappelle cette déclaration de Trump :

Les guerres commerciales sont bonnes, et faciles à gagner. 

Selon l'éditorialiste, Trump pense que l'Amérique, qui importe plus qu'elle exporte, a la main sur n'importe quel conflit commercial. 

Les fermiers californiens 

Avec un chiffre d'affaires de 20 milliards par an, la Californie est le principal exportateur agricole des Etats-Unis. 

Les amandes sont exportées à 70%. Donc les agriculteurs sont forcément inquiets en voyant le conflit commercial. Et en apprenant que l'Union européenne impose dorénavant des taxes pour plus de trois milliards de dollars aux Etats-Unis, sur des produits comme les motos Harley Davidson et les grandes productions comme le riz. 

en représailles des décisions américaines de plus taxer de nombreux produits européens, et l'acier.

Les représentants des producteurs d'amandes se sont rendus à Washington pour mettre en avant devant les députés et les représentants du ministère de l'Agriculture l'importance d'un commerce libre dans leur activité.

En avril, la Chine avait déjà commencé à se défendre en imposant ses propres taxes sur trois milliards de dollars de produits américains, comme les fruits, les noix et le vin. 

Indignation des élus républicains

"Cette décision d'augmenter les taxes cible les alliés des Etats-Unis alors que nous devrions travailler ensemble pour traiter les pratiques commerciales injustes de pays comme la Chine", a déclaré le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan

Paul Ryan (à gauche), Mike Pence et Donald Trump
Paul Ryan (à gauche), Mike Pence et Donald Trump © AFP / AARON P. BERNSTEIN / POOL

Selon la correspondante du Washington Post à la Maison Blanche  : 

Selon Ryan, "de nouvelles taxes ne sont pas la solution. Mais on ne peut rien y faire"

Il faudrait que l'on vote une loi disant "n'augmentez pas les taxes que le Président serait obligé de signer. Mais ça n'arrivera pas ! 

Je pense que la chose la plus intelligente à faire est d'être plus ciblé dans les représailles.

Le leader de la majorité au Sénat Mitch McConnell s'est dit lui aussi inquiet des mesures de rétorsion mises en place par Donald Trump :

Il y a beaucoup d'inquiétude chez les sénateurs républicains qui ont peur que ça devienne une réelle guerre commerciale. Nous appelons à la prudence.

Mais la base des électeurs de Trump est toujours derrière lui 

La popularité de Trump ne faiblit pas
La popularité de Trump ne faiblit pas © Visactu / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.