Furieux de ne toujours pas avoir pu faire construire un mur à la frontière mexicaine, qu'il voulait voir financer par le Mexique, le président américain a ordonné l'envoi de la garde nationale à la frontière entre les deux pays.

Des membres de la Garde nationale participaient à assurer la sécurité des participants au Marathon de New-York.
Des membres de la Garde nationale participaient à assurer la sécurité des participants au Marathon de New-York. © AFP / Jewel SAMAD

Jusqu'ici Donald Trump a obtenu le déblocage par le Congrès de 1,6 milliard de dollars pour six mois de travaux de construction du mur, alors qu'il demande 25 milliards de dollars (20,4 milliards d'euros).

En attendant d'avoir un mur et une véritable sécurité, nous allons garder notre frontière avec l'armée. C'est une grande avancée.

C'est peu de dire que le Mexique n'a pas apprécié l'annonce, parlant d'une "insulte de plus" à son encontre.

En quoi va consister le déploiement ?

Selon la secrétaire à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, l'administration fédérale travaille avec les gouverneurs des quatre États du sud-ouest des États-Unis qui partagent leur frontière avec le Mexique, afin de coordonner ce déploiement. Il pourrait, contrairement aux souhaits affichés par Donald Trump, se limiter à un rôle de soutien par les réservistes de l'armée et peut-être de reconnaissance aérienne auprès de la police des frontières, afin d'empêcher l'entrée d'immigrants clandestins, plutôt qu'aboutir à une militarisation de la frontière.

L'envoi de la Garde nationale à la frontière n'est pas une nouveauté

George W. Bush y avait eu recours entre 2006 et 2008, comme Barack Obama en 2010. Dans les deux cas, il s'agissait d'épauler l'US Border Patrol dans la surveillance des frontières.

La garde nationale est le corps de réserve de l'armée américaine, constitué de l'Army National Guard, une composante de l'US Army (l'armée de terre américaine), et de la garde nationale aérienne, une composante de l'US Air Force (force aérienne américaine). 

Chaque État peut mobiliser la Garde nationale lors de certaines circonstances (émeute, catastrophe naturelle). Lors de l’ouragan Katrina, par exemple, près de 42 000 gardes nationaux avaient été déployés dans le golfe du Mexique. Au même moment, 80 000 étaient en opérations extérieures, notamment en Irak. Pour la seule année 2005, la garde nationale a représenté la moitié des effectifs des troupes terrestres engagées dans la guerre en Irak.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.