Une fusillade mortelle contre des policiers s'est déroulée dimanche à Baton Rouge, en Louisiane, dix jours après l'assassinat de cinq officiers à Dallas.

Un policier devant les lieux de la fusillade à Baton Rouge, en Louisiane
Un policier devant les lieux de la fusillade à Baton Rouge, en Louisiane © Reuters / Joe Penney

Trois policiers sont morts et trois autres ont été blessés par balles dans des circonstances encore non éclaircies dans la capitale de la Louisiane, dimanche 17 juillet. Une vidéo mise en ligne par la chaîne de télévision WAFB9 montre des policiers arrivant sur les lieux de la fusillade et on peut distinctement entendre des coups de feu. On entend d'abord une succession de tirs espacés et ensuite un feu bref mais nourri.

Les policiers ont été tués dans une ville marquée par de fortes tensions raciales et de nombreuses manifestations contre les violences policières, après la mort début juillet d'Alton Sterling, un vendeur ambulant noir abattu par un policier.

Barack Obama dénonce un "acte de lâches"

"Pour la deuxième fois en deux semaines, des agents de police, qui mettent leur vie en danger tous les jours pour protéger la nôtre, ont été tués lâchement alors qu'ils faisaient leur travail", a souligné le président américain dans un communiqué publié par la Maison Blanche."Ces attaques sur des fonctionnaires, contre l'Etat de droit et une société civilisée, doivent cesser", a-t-il ajouté.

Sur la chaine de télévision locale WAFB9, le maire de Baton Rouge Kip Holden a appelé au calme, redoutant une nouvelle poussée de tension. "Ne laissons personne définir cette communauté (la ville de Baton Rouge) par des actes absurdes de violence", a-t-il déclaré. L'un des tireurs est mort, et deux autres "pourraient être en fuite", a-t-il indiqué dans un communiqué.

De nombreuses manifestations contre les violences policières ces dernières semaines

C'est au cours des nombreuses manifestations dans le pays pour dénoncer les violences policières, qu'un homme seul a abattu cinq policiers à Dallas, le 7 juillet avant d'être tué par les forces de l'ordre. Micah Johnson, ancien combattant noir américain, a affirmé vouloir tuer des policiers blancs en réponse à la mort de deux Noirs la même semaine sous les balles des forces de l'ordre.

La semaine dernière, la police de Baton Rouge avait indiqué avoir arrêté trois personnes qui avaient pour projet d'assassiner des policiers. L'un des suspects interpellés, Antonio Thomas, âgé de 17 ans, a dit "pendant son interrogatoire que lui ainsi que trois autres suspects ont volé les armes et allaient se procurer des balles pour tirer sur la police", selon un communiqué de la police publié mardi.

La législation des armes à feu en Louisiane permet de facilement se procurer des armes y compris des fusils d'assaut semi-automatiques.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.