France Inter voyage :

« Le XXIe siècle naît sous nos yeux » écrivions-nous, en ouverture du dernier festival, tandis qu’un printemps arabe bouleversait des pays que l’on croyait pour longtemps figés. Il naît, avec une puissance, une rapidité qui mettent à mal tous nos repères, ébranlent nos certitudes. Et ce sont les artistes, les écrivains, les cinéastes, qui nous le donnent à voir, à entendre, à lire – comme toujours. Nous en annoncions l’inéluctable surgissement, dès notre création, en 1990 : il est là, désormais, qui déferle de toutes parts, et c’est la mise en relation de toutes ces effervescences qui nous paraît aujourd’hui nécessaire. Plus de thème unique donc au festival, mais les images multiples de ce monde qui vient.

Ambiance au festival
Ambiance au festival © Gael Le Ny

Un monde nouveau : il déferle, et met l’Europe en crise. En crise ? Temps de crise, temps aussi de renouvellement : la première fois peut-être où les peuples concernés se trouvent mis en demeure de s’emparer de la question européenne, de s’interroger sur leur désir d’être ensemble – sur l’existence, ou non, d’une culture commune.Asie-Pacifique : un nouveau centre du monde ? Dans ces mers du Sud où l’Occident longtemps ne sut voir qu’une image inversée de lui-même, entre Australie, Nouvelle-Zélande, Océanie et leurs voisins asiatiques émerge quelque chose d’inédit.Printemps arabe : telles sont les forces libérées que nul ne peut prédire l’issue de ces soulèvements, mais nous savons que plus rien désormais ne sera pareil. Tunisie, Egypte, Syrie, Yémen, Libye, Iran : un séisme, aux multiples aspects. Et avec lui, le surgissement de nouvelles générations, de paroles et de stratégies nouvelles, portées par Internet, les blogs, les portables, là où les dictatures voudraient le silence. Un vent de liberté, et l’entrée aussi dans une zone de toutes les tempêtes.Francophonie : dans le droit fil du manifeste « Pour une littérature monde en français », Saint-Malo, plus que jamais, le lieu où dialoguent toutes les littératures d’expression française. Sur un pied d’égalité. Avec un grand coup de projecteur, cette année, sur une Belgique largement à découvrir – et passionnante !

France plurielle : aujourd’hui, elle s’impose, diverse, multiculturelle, pluriethnique, dans le déferlement d’une nouvelle génération de créateurs bousculant bien des clichés, et des a priori. Ce « dehors » que tant redoutent les nostalgiques d’une France « pure », est à l’intérieur depuis plus longtemps qu’ils n’imaginent – et c’est très bien ainsi. Ne porte-t-il pas la promesse d’une France ouverte sur le monde ?Cultures urbaines : des émeutes éclatent, en Europe, qui pour la première fois se réclament de Tunis et du Caire, des dissidents, en Chine, bravent la censure, ce que certains décrivaient comme l’avènement de Big Brother se révèle aussi une arme pour les plus faibles — et il est frappant de voir comme cette circulation est mondiale, passe les frontières, fait naître des codes communs : une culture-monde en mouvement.Qui vous donne rendez-vous à Saint-Malo au prochain mois de mai — tandis qu’Étonnants Voyageurs s’associe à sept des plus grands festivals littéraires mondiaux, au sein d’une « Word Alliance ». Édimbourg, Berlin, Pékin, Jaïpur, Melbourne, Toronto, Pen Club de New York : ils seront tous présents, pour la première fois rassemblés. Avec bien des projets en commun : année mondiale sur les enjeux de la fiction aujourd’hui, échange d’auteurs : la littérature française retrouve les voies d’un dialogue avec les autres littératures. Et nous sommes fiers d’y contribuer.Saint-Malo plus que jamais à l’heure des littératures-monde !Michel Le Bris, Président d’Étonnants Voyageurs

Public
Public © Gael Le Ny

Word Alliance

Les festivals d’Edimbourg, de Berlin, de Jaïpur (Inde) de Pékin, de Melbourne, de Toronto, du Pen Club de New York : ils sont parmi les plus grands festivals littéraires du monde – en tous cas, les plus prestigieux, et les plus exigeants. Étonnants Voyageurs les rejoint au sein d’une « Word Alliance » qui vise à développer des projets communs, et de créer les conditions d’un dialogue entre les littératures du monde. A l’opposé des logiques totalisantes d’un Big Brother prétendant imposer à tous une culture unique et uniformisante, chaque festival de l’Alliance, non seulement conserve sa pleine autonomie de création mais en fait bénéficier tous les autres, et se renforce lui-même de toutes les ressources suscitées par l’effet de réseau. Signe de reconnaissance, marque de confiance de la part de nos partenaires, nous avons accepté avec enthousiasme leur proposition de les rejoindre. Il est temps que la littérature française sorte de son isolement, et nous sommes heureux d’y contribuer : n’est-ce pas le sens de notre combat depuis la création du festival ?

Bienvenue à la Belgique

Un carrefour, mais, à compter de cette année, affirmant mieux encore la richesse de ces littératures de langue française en mettant fortement l’accent, chaque année, sur l’une d’entre elles, pour en manifester tout à la fois l’originalité et la vitalité : ce en quoi elle est partie prenante de cet « ensemble monde en français ». C’est un peu pour nous l’ouverture d’un nouveau chapitre : par la venue cette année d’une Belgique qui, nous en prenons le pari, étonnera le public du festival. Et ainsi, d’année en année, par un accent mis sur un pays nouveau, nous aimerions entreprendre un grand voyage dans notre espace-monde.Une Belgique à découvrir, en 40 auteurs Belgique si proche et si lointaine ! Si proche, que le public, chez nous, a tendance à croire français les artistes belges qui imposent leur singularité. Et lointaine, en même temps : ces trois journées seront l’occasion, à travers expositions, rencontres, spectacles poétiques, films, de découvrir une Belgique, du coup, presque inconnue, et les rapports si particuliers qu’elle entretient avec le fantastique, les littératures populaires, le surréalisme. 40 invités, grâce au Centre Wallonie - Bruxelles, pour nous faire découvrir une Belgique extraordinairement vivante…..L’après-midi du samedi au théâtre Chateaubriand, des rencontres au fil des trois journées, des lectures, des spectacle, des expositions…

Dessins de Franquin
Dessins de Franquin © MARSU 2012 by Franquin

Une exposition événement :

M’enfin, Franquin !?Du 26 au 18 juin à la Chapelle Saint-Sauveur de Saint-Malo Du 27 novembre à la fin du mois de février 2013 au Centre Wallonie-Bruxelles

Magnifique lieu d’exposition, où nous avions il y a deux ans présenté l’exposition « Le maître et Marguerite » dans le cadre de l’année France-Russie,la chapelle Saint-Sauveur accueillera cette année une grande exposition sur les univers de Franquin, proposée par le Centre Wallonie-Bruxelles en avant-première, et en partenariat avec la ville de Saint-Malo ainsi que le festival. Elle restera à Saint-Malo tout le mois de juin avant de circuler en Europe.Spirou et Fantasio, le Marsupilami, Gaston Lagaffe : c’est lui. Et lui encore Modeste et Pompon, le Trombone illustré, les Monstres, les Idées Noires : génial Franquin, dont son ami, collaborateur et disciple Frédéric Jannin se propose de nous faire découvrir l’univers, complexe et fascinant, à travers dessins originaux, dessins inédits, textes rares, photos et films, dans une scénographie ludique et intimiste. [...]Une exposition événement , sur l’oeuvre d’un génie, en avant-première d’une présentation à Paris fin 2012.Commissaire de l’exposition : Frédéric JanninScénographie : Bleu Lumière (qui avait auparavant réalisé la scénographie de l’exposition C’est la fôte à Bruxelles)

Quelques concerts

Arthur H, « L’Or Noir » Création musicale de Nicolas Repac / Mise en espace : Kên Higelin / Montage texte : Nadine EghelsDimanche 27 mai, Théâtre de Saint-Malo (place Bouvet) Ils avaient brûlé pour nous à Port-au-Prince, avec cet étourdissant spectacle peuplé de mots et de mélodies. Ils seront là, à nouveau à nos côtés, Arthur H et Nicolas Repac, pour nous plonger dans le « Black gold, l’or noir ». Car pour Arthur « la poésie noire de Aimé Césaire jusqu’à Dany Laferrière, du Sénégal à Haïti, c’est un miroir précieux qui me recentre, qui me reconnecte. J’ai essayé de trouver le son et le rythme de ces mots et de m’effacer derrière leur musique. » « L’exploration du sexe, du sens, du sens lié à la sensualité, du contact si ressourçant avec l’âme et la beauté de la nature et du corps, l’oppression intérieure et la libération intérieure, le grand métissage mondial, la perte de l’identité ancienne et le rêve d’une nouvelle, toute cette floraison poétique et philosophique si actuelle, si juste dans les désirs qu’elle soulève. »

Arthur H - Black bazar
Arthur H - Black bazar © Etonnants voyageurs - © Caroline Blache

Black Bazar Soirée Rumba congolaise autour d’Alain Mabanckou, qui a revêtu le costume de producteur !Samedi 26 mai, L’Escale, 21h30 Produit par l’auteur et inspiré du roman à succès du même nom, un retour aux sources de la rumba congolaise, sous la houlette de Modogo Abarambwa et de Sam Tshintu, issus du groupe mythique "Quartier Latin". Avec le slameur franco-sénégalais Souleymane Diamanka. Une "histoire d’amitié, de passion et de famille", mêlant les langues (français, lingala, wolof, peul, espagnol) et les traditions musicales, et un hymne festif à la fraternité. Ça va danser !

Et aussi

Nuit Dracula Une nuit du cinéma en compagnie du Prince des ténèbres, pour trembler d’effroi !Samedi 26 mai, Grand Auditorium du Palais du Grand Large, de 21h à 1h du matin, entrée libre pour les festivaliers Dracula est sans conteste l'un des plus grands mythes du fantastique, en littérature comme au cinéma. À l'instar de la créature de Frankenstein ou du loup-garou, le comte Dracula a été la source d'inspiration de nombreux films. Toute une nuit en compagnie du plus célèbre Prince des ténèbres, et de son plus illustre interprète Christopher Lee – sur lequel nous proposerons un superbe documentaire. Les aficionados en redemanderont le lendemain avec, le Dracula de Tim Burton.

Les petits-déjeuners littérairesChaque matin, à 9h00 à l’Hôtel de l’Univers et au Chateaubriand ; un auteur rencontre ses lecteurs autour d’un petitdéjeuner convivial. Qui n’a pas rêvé de passer un moment avec son auteur préféré, dans une atmosphère propice aux confidences ? Le succès a été tel les années passées, que nous multiplions une fois encore cette année les rencontres.Rencontres littéraires dans les Maisons de quartier pendant le festival Tout au long du festival, huit maisons de quartier de Saint-Malo auront également la chance d’accueillir des auteurs du festival pour des rencontres privilégiées, en comité restreint.

Rencontre
Rencontre © Gael Le Ny
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.