Lles ministres des affaires étrangères européens ont renvoyé à jeudi la décision du renforcement ou non des sanctions économiques contre la Russie. Plusieurs ministres demandent un embargo sur les armes. Ils pointent les Mistrals français vendus à Moscou.

merkel et hollande haussent le ton sur l'ukraine face à poutine
merkel et hollande haussent le ton sur l'ukraine face à poutine © reuters

Le président russe Vladimir Poutine la promis ce mardi

La Russie fera tout ce qui est en son pouvoir pour une enquête complète (...) et transparente.

Ainsi répond Moscou à la pression occidentale et notamment à celle des États-Unis qui accusent séparatistes pro-russes d'avoir abattu l'avion MH-17 avec l'aide de Moscou.

Les sanctions actuelles

Partenaires commerciaux de la Russie
Partenaires commerciaux de la Russie © Radio France

Pressés par les États-Unis, les dirigeants de l'Union Européenne ont décidé la semaine dernière de sanctionner quelques entreprises russes.

Auparavant, seules soixante-douze personnalités proches du Kremlin étaient visées (interdiction de visa et gel de leurs avoirs).

Une nouvelle liste de noms et d’entreprises russes à sanctionner doit être définie par l’UE avant la fin du mois.

Le secteur de la Défense et des hautes technologies pourrait surtout être concernés. Evoqué également, le secteur de l'énergie et notammen le secteur gazier. C'est un casse-tête pour les européens et notamment pour la France.

Pression du Royaume-Uni

Les Etats-Unis ont pris des mesures économiques contre une douzaine de conglomérats russes : le pétrolier Rosneft, le gazier Novatek, Kalachnikov ou la Gazprombank

David Cameron souhaite que l’Union Européenne passe au stade trois des sanctions, à savoir une série de mesures qui visent non seulement des entreprises mais des secteurs entiers de l’économie russe.

En ligne de mire, la livraison par la France de deux porte-hélicoptères Mistrals à la Russie. Sur le sujet, le premier ministre britannique a été sans détour :

La livraison des Mistrals français est impensable.

La France embarrassée

"Il est temps d’arrêter la mistralisation de la politique européenne" a déclaré la présidente lithuanienne sur Twitter.

François Hollande, a obtenu que l'embargo probable sur les armes livrées à la Russie ne concerne que les futurs contrats. La France pourra donc livrer, à l'automne, comme prévu, un des deux Mistrasl vendu à la Russie.

Ce contrat, qui date de 2011, ne cesse de mettre la France dans l'embarras vis à vis de l'OTAN notamment, parce que ces navires sont de véritables bijoux de technologie militaire.

Le navire Mistral
Le navire Mistral © ide

La construction de ces bateaux par STX France a permis de créer environ 1000 emplois à St-Nazaire, emplois qui seraient menacés si le deuxième Mistral n’était pas remis à la Russie, comme prévu, en 2015.

La France compte par ailleurs plus de 6000 entreprises sur le sol russe.

Ecoutez le reportage de Marion Lhour

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Mistrals un vent de discorde entre Paris et Washington

Mais l’Allemagne serait la première victime de ces sanctions

30% des besoins de gaz de l'Allemagne sont satisfaits par la Russie

L’Allemagne est le principal partenaire économique de la Russie en Europe avec des échanges commerciaux qui atteignent 76 milliards d’euros en 2013 et une balance déficitaire pour l’Allemagne.

La Commission allemande des relations économiques est-européennes considère que cette crise pourrait mettre en danger au moins 25 000 emplois en Allemagne, puisque l’Allemagne compte plus 6000 entreprises sur le sol russe .

Une étude de la Deutsche Bank établit même que la récession russe, qui en découlerait, ferait baisser la croissance allemande d’un demi-point.

La question énergétique

Mis à part la Grande Bretagne, la plupart des Etats Membres de l’Union Européenne sont très dépendants du gaz russe.

En volume,l’Allemagne et l’Italie sont les plus exposés , mais certains États plus petits pourraient voir leur économie s’effondrer en cas de sanctions européennes sur l’énergie.

Si l’UE devait prendre une telle décision, les 28 devraient se mettre d’accord pour partager ce fardeau.

Les gazoducs en Ukraine
Les gazoducs en Ukraine © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.