29 blessés lors d'une explosion à New York. Une autre bombe a explosé dans le New Jersey. Un homme a également attaqué des passants au couteau dans le Minnesota.

Un pompier tire une civière près d'une route bloqué à proximité du site d'une explosion sur West 23rd Street le 17 Septembre, 2016, à New York.
Un pompier tire une civière près d'une route bloqué à proximité du site d'une explosion sur West 23rd Street le 17 Septembre, 2016, à New York. © AFP / BRYAN R. SMITH

Une explosion d'origine "intentionnelle" dans un quartier très animé de New York a fait 29 blessés samedi. Les autorités ont souligné n'avoir aucune preuve qu'il s'agisse d'un acte terroriste à ce stade. Une autre explosion a eu lieu également dans le New Jersey voisin. Par ailleurs, un homme portant un uniforme de vigile et muni d'une arme blanche a poignardé huit personnes samedi dans un centre commercial du Minnesota, dans le nord des Etats-Unis, avant d'être abattu par un policier, rapportent les autorités.

Une attaque au couteau dans le Minnesota

Cette homme faisait "des références à Allah" . "Nous avons confirmation qu'il a demandé à une personne au moins si elle était musulmane avant de l'attaquer", a indiqué Blair Anderson, le chef de la police de St. Cloud, précisant ne pas pouvoir dire à ce stade "s'il s'agit ou non d'une attaque terroriste".

L'assaillant n'était connu de la police que pour des infractions mineures au code de la route. Le chef de la police a indiqué que cette attaque ne semblait pas liée à aucun autre événement.

L'explosion de New York, intentionnelle.

Selon les déclarations du gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, l'explosion de Chelsea n'aurait pas de lien avec un acte de terrorisme international.

A New York, la déflagration a retenti vers 20h30 locales (00h30 GMT), sur la 23e rue entre les 6e et 7e avenues, dans le quartier de Chelsea, à une heure où ses nombreux bars et restaurants sont très fréquentés. De nombreux habitants du quartier de Chelsea, cités par les télés locales, témoignaient avoir entendu une déflagration très violente et avoir été choqués.

Des débris de verre étaient visibles devant certaines portes et devantures de magasins, dont beaucoup ont très vite fermé. Les vitres de voitures garées à proximité étaient soufflées, a constaté l'AFP.

Le président Barack Obama était régulièrement informé de l'évolution de la situation, selon la Maison Blanche.

Une autre explosion dans le New Jersey

"Il n'y a aucune preuve à ce stade de lien terroriste pour cet incident", a souligné le maire de New York, Bill de Blasio, lors d'un point presse sur les lieux.

Le nouveau chef de la police new-yorkaise, James O'Neill, a cependant souligné que l'information restait "préliminaire" et que l'unité anti-terroriste du FBI était mobilisée.

L'enquête pourrait encore révéler d'autres ramifications: la police a évoqué "un second engin explosif possible" retrouvé non loin de l'explosion, sur la 27e rue, sans donner de détails, soulignant que l'enquête se poursuivait.

Les médias américains ont évoqué la présence d'une cocotte-minute, mais l'information n'a pas été officiellement confirmée.

Plus tôt samedi, une bombe artisanale placée dans une poubelle à Seaside Park, dans l'Etat voisin du New Jersey, avait explosé sans faire de blessé près du parcours d'une course à pied organisée par les US Marines.

L'engin était programmé pour exploser au moment où des centaines de coureurs de cette course de 5 kilomètres devaient passer près de la poubelle. Mais le départ de l'épreuve ayant été retardé, l'explosion n'a fait aucun blessé, avait précisé Al Della Fave, porte-parole du procureur local.

Les deux incidents ont réveillé les craintes d'attentats, alors que le souvenir du 11 septembre 2001 reste profondément ancré dans la mémoire des New-Yorkais.

Les alertes aux attentats sont fréquentes et la vigilance a été renforcée avec la vague d'attentats islamistes enregistrés en Europe.

Aucun blessé n'est en danger de mort, a précisé un porte-parole de l'hôpital local.

Les réactions en pleine campagne pour la présidentielle américaine

Si un lien terroriste était établi, l'incident pourrait peser sur la campagne pour la présidentielle du 8 novembre prochain, qui oppose la démocrate et ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton au candidat républicain Donald Trump.

Ce dernier n'a pas hésité, depuis Colorado Springs, à déclarer qu'"une bombe a explosé à New York". "Il va falloir qu'on soit sévères, les amis, très, très sévères", a-t-il ajouté.

"Je pense qu'il est toujours plus sage d'attendre d'avoir l'information avant de tirer des conclusions", a répliqué Hillary Clinton, qui se présente comme une candidate expérimentée et sage face à un concurrent imprévisible.

"Il n'y a pas de menace terroriste particulière à ce stade contre la ville de New York", a cependant assuré Bill de Blasio. Il a néanmoins affirmé que les premières informations indiquaient que l'explosion résultait bien d'un "acte intentionnel", sans donner d'autres explications.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.