Les Nations unies ont récemment considéré qu’il s’agissait de la pire crise depuis 1945 : plus de 20 millions de personnes sont menacées par la famine dans la région.

La guerre civile au Sud-Soudan a provoqué l'exode de 550.000 personnes
La guerre civile au Sud-Soudan a provoqué l'exode de 550.000 personnes © Radio France / Gilles Gallinaro

La zone touchée va du Nigéria au Yémen en passant par le Soudan du Sud. C’est là-bas que nous nous sommes rendus, plus précisément en Ouganda à la frontière avec cet État plongé dans la guerre civile depuis quatre ans. Au mois de juillet, les combats ont commencé à s'intensifier, provoquant l’exode de 550 000 personnes. Des réfugiés traumatisés, coupés de toute ressource, qui arrivent par petits groupes en territoire ougandais.

► ALLER PLUS LOIN | Soudan du Sud, bienvenue en enfer : notre dossier pour comprendre ce conflit

Environ 85 % des personnes qui passent la frontière sont des femmes, accompagnées de leurs enfants. Grace a 23 ans, elle vient d'arriver. Son bébé est enveloppé dans un tissu qu'elle a noué sur sa poitrine, elle est désemparée et en pleurs. La jeune femme a tout laissé derrière elle.

Un soir, mon mari est allé acheter des piles pour qu'on ait de la lumière, et il a été tué. Il n'y a plus personne pour s'occuper de moi, je suis seule.

Il y a plusieurs jours, Grace a donc quitté sa maison, et pris la direction de l'Ouganda. "Je suis restée presque une semaine avec un peu d'eau, à manger des racines", raconte-t-elle.

On ne parle pas encore de famine, ici. Les populations touchées sont encore au Soudan du Sud, prises au piège, et les autres se débrouillent dans la brousse. Ils évitent les routes, où à tout moment ils peuvent devenir les proies des bandes armées ou des forces du régime. C'est ce qui est arrivé au groupe avec lequel Grace a voyagé.

On n'avait rien, donc ils ont décidé de prendre les jeunes enfants. On s'est mis à courir. Je ne me suis pas rendu compte que mon fils était derrière moi, et il a été tué. Deux jours après, on est revenus. J'ai juste récupéré sa tête, son corps n'était plus là.

La barbarie, le chaos d'un conflit sud-soudanais qui oblige ses civils à fuir et les expose aux pires souffrances.

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.