Un mystérieux groupe d'opposants au régime du dictateur Kim Jong-Un est à l'origine de l'attaque contre l'ambassade de Corée du Nord en Espagne. L’enquête espagnole accuse leur chef mexicain, résident aux États-Unis, d’avoir cherché à livrer le matériel informatique dérobé au FBI.

Un groupe de dissidents serait à l'origine de l'attaque contre l'ambassade de la Corée du Nord à Madrid.
Un groupe de dissidents serait à l'origine de l'attaque contre l'ambassade de la Corée du Nord à Madrid. © Maxppp / Víctor Lerena

Ils se font appeler "Free Joseon", du nom de la dynastie qui a occupé le trône coréen de 1392 à 1910, année de l'annexion par le Japon. Leur dernière action en date est aussi mise en ligne sur Youtube. Ils brisent des portraits de deux dirigeants historiques de la famille Kim (la dynastie qui règne sur le pays depuis plus de 70 ans), Kim Il-Sung et son successeur Kim Jong-Il. Les dissidents prétendent avoir filmé cette scène en Corée du Nord où ce geste est passible de la peine capitale.

Le 1er mars dernier, ils se sont auto-proclamés "gouvernement en exil de la Corée du Nord". "Nous nous soulevons contre les criminels qui dirigent le pays et qui perpétuent depuis des décennies des crimes contre l’humanité", clame l'une des activistes dans une vidéo. Depuis quelques jours, le groupe vend même des visas virtuels pour la Corée du Nord, pour le jour où le régime de Kim Jong-Un tombera.

Selon la presse américaine, ce groupe, également connu sous le nom de Défense civile Cheollima, est suspecté d’avoir orchestré une attaque spectaculaire contre l’ambassade nord-coréenne à Madrid, le 22 février dernier. Attaque que le groupe n'a pas lui-même revendiquée. Cet assaut s'est déroulé quelques jours avant le second sommet entre le président américain, Donald Trump, et Kim Jong-Un, au Vietnam, les 27 et 28 février.

Le groupe se présente comme "une association de défense des droits humains"

Le journal espagnol El Confidencial rapporte que le commando a ligoté et bâillonné les membres du personnel de l'ambassade. Ils sont restés dans le bâtiment pendant plusieurs heures, "munis de machettes, de couteaux, de barres de fer et d’armes factices", détaille un communiqué de l'Audience nationale espagnole. Deux des assaillants auraient alors amené le chargé d'affaires de l'ambassade dans une des pièces du sous-sol pour l'inciter à faire défection, se présentant "comme des membres d'une association ou d'un mouvement de défense des droits humains pour la libération de la Corée du nord", détaille le juge d'instruction chargé du dossier, José de la Mata.

Une fois l'alerte donnée par l'une des occupantes échappée de l'ambassade, la police frappe à la porte. Le chef du groupe ouvre la porte, un pin's de Kim Jong-un sur la veste, et se fait passer pour un "haut représentant" de l'ambassade, assurant que tout allait bien. La plupart des autres assaillants en ont profité pour prendre la fuite au volant de voitures appartenant à l'ambassade, et d'un Uber commandé sous le faux nom d’"Oswaldo Trump". Ils ont dérobé"deux clés USB, deux ordinateurs, deux disques durs et un téléphone portable".

Les informations volées à l'ambassade transmises au FBI ?

"Free Joseon" se dit constituée de dissidents nord-coréens. À Séoul, les analystes ne sont pas convaincus : ces déclarations seraient écrites dans un coréen qui semble être traduit directement de l’anglais. L’organisation pourrait donc avoir été créée par des Coréens de la diaspora. Mais les enquêteurs espagnols ont une autre hypothèse. Le tribunal espagnol rend compte d'une visite du chef présumé du commando aux  bureaux new-yorkais du FBI, service de renseignement américain, quatre jours après l'assaut.

Adrian Hong Chang, de nationalité mexicaine mais résident aux États-Unis, "est entré en contact, cinq jours après l'assaut avec le FBI à New York, afin de lui remettre des informations relatives à l'incident dans l'ambassade ainsi que du matériel audiovisuel obtenu", indique l'Audience nationale. Selon le juge d'instruction, Adrian Hong Chang assure avoir agi de sa propre initiative. Parmi les autres membres du commando identifiés figureraient Sam Ryu, un citoyen américain né en Corée du Sud, et Woo Ran Lee,un Sud-Coréen.

Le porte-parole du département d’État américain, Robert Palladino, assure que le "gouvernement des États-Unis n’a rien à voir" avec l’assaut. Mais "des sources estiment que le but de l'attaque contre l'ambassade de Corée du Nord était d'obtenir des informations sur Kim Hyok Chol, l'ancien ambassadeur de Corée du Nord en Espagne", explique le journal El País. En septembre 2017, il a été expulsé par le ministre des Affaires étrangères espagnol, tandis que les essais nucléaires nord-coréens contrevenaient aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Depuis début 2019, le diplomate a pris la tête de la délégation nord-coréenne qui a négocié un plan de désarmement nucléaire avec les États-Unis.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.