Ferguson, deux policiers blessés
Ferguson, deux policiers blessés © MaxPPP / SID HASTINGS

Ils ont été visés lors d'une manifestation cette nuit, un rassemblement qui suivait l'annonce de la démission du chef de la police. Les pratiques racistes de ses équipes étaient dénoncées dans un rapport accablant publié il y a une semaine.

La tension est loin de retomber dans cette ville du Missouri, théâtre d'émeute l'été dernier après la mort de Michael Brown, un jeune Noir tué par un policier.

De nombreux militants et organisations des droits civiques réclamaient le départ de Thomas Jackson depuis des mois. La ville de Ferguson et le chef de la police sont "convenus mutuellement d'une séparation ", d'après un communiqué de la ville publiée hier.

Cette démission est la conséquence directe d'un rapport publié il y a une semaine. Examinant les pratiques policières au quotidien dans la ville, il montre, chiffres à l'appui, l'inégalité de traitement réservée aux Noirs . Il pointe également un système violant parfois la légalité, où la police "sous pression de la municipalité, n'est plus un service public mais un outil". Des courriers racistes sont également échangés entre policiers ou employés de la ville.

Son départ était nécessaire pour aller de l'avant face à l'adversité.

Thomas Jackson est un "homme honorable", a déclaré hier le maire de la ville James Knowles. Il a "reconnu que son départ était "nécessaire, maisnous entendons garder notre département de police ", a ajouté l'édile, en écho à une déclaration du ministre de la Justice Eric Holder qui s'était dit vendredi prêt à démanteler ce service. Le maire exclue pour sa part de quitter son poste.

Qui a tiré sur les policiers ? Les manifestants nient toute implication

Quelques heures après l'annonce de la démission, des manifestants se sont rassemblés devant le commissariat de Ferguson. Alors qu'ils commençaient à se disperser, des coups de feu ont retenti, deux policiers ont été blessés.L'un d'eux a été touché au visage et l'autre à l'épaule. "Ces policiers étaient devant le commissariat, sans rien faire de spécial, et on leur a tiré dessus pour la seule raison qu'ils sont policiers", affirme le chef de la police de Saint Louis, une ville voisine.

Les protestataires ont assuré que les tirs ne provenaient pas de leurs rangs. "Le tireur n'était pas avec les manifestants.Il était au sommet d'une colline ", a affirmé DeRay McKesson, un militant des droits civiques. "J'étais là. J'ai vu le policier tomber. Le coup de feu a éclaté à au moins 500 pieds (150 mètres) des policiers", a-t-il ajouté sur son compte Twitter, évoquant par la suite des "provocateurs prêts à tout pour parvenir à leurs fins".

Ferguson, dans l'Etat du Missouri
Ferguson, dans l'Etat du Missouri © Radio France / idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.