Un manifestant renvoie du gaz lacrymogène vers des policiers, ce dimanche.
Un manifestant renvoie du gaz lacrymogène vers des policiers, ce dimanche. © Reuters / Lucas Jackson

Au huitième jour de manifestations et de tensions raciales dans cette ville du Missouri, aux Etats-Unis, des affrontements ont éclatés entre des centaines de manifestants et des centaines de policiers. Le gouverneur du Missouri déploye la garde nationale.

Ce dimanche, Ferguson rendait hommage à Michael Brown Des centaines de personnes se sont d’abord rassemblés devant l’église Greater Grace, demandant justice pour ce jeune homme noir, tué par un policier le 9 août, alors qu’il ne portait pas d’arme.

Une marche pacifique s’est déroulée en fin d’après-midi. Mais elle a soudain dégénéré. Les images diffusées à la télévision américaines parlent d’elles-mêmes : des centaines de policiers contre des centaines de manifestants. Les premiers utilisant des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, les seconds, ce qu’ils ont sous la main : pierres, bouteilles, cocktails Molotov…

Le point sur la situation à 9h ce lundi matin heure française (2h à Ferguson), avec Charlotte Alix, correspondante de Radio France à New York, alors que le rapport d'autopsie de Michael Brown a été publié.

Il est encore compliqué de déterminer comment les choses ont basculé. Selon des témoins, les policiers auraient tiré des gaz lacrymogènes, rompant avec leur retenue des derniers jours. Un geste qui aurait provoqué la colère des manifestants, car dans le cortège se trouvaient des enfants.

S’agissait-il d’une exécution ?

Les circonstances exactes du drame du 9 août restent à élucider. Ce dimanche, les parents de Michael Brown, trop émus pour parler, ont laissé leur avocat prendre la parole. Benjamin Crump a affirmé qu’il ne laisserait rien passer : "On va regarder de près l'autopsie, le rapport balistique pour voir le trajet des balles, on saura qu'il s'est agi d'une exécution". On sait déjà que le policier a tiré au moins 6 fois.

Quand on lève les mains en l'air, ça veut dire qu'on se rend. Tous les témoins ont dit qu'il (Michael Brown) avait les mains en l'air et que la police a continué à tirer.

Ce dimanche, le chef de la police de Ferguson, un homme noir lui aussi, avait ensuite tenté d’apaiser les tensions. Ron Johnson s’était amendé : "Je porte cet uniforme et face à vous je vous dit que je suis désolé ." Un couvre-feu avait été instauré la veille par le gouverneur du Missouri, interdisant de se trouver dans la rue entre minuit et 5 heures.

►►► LIRE AUSSI | Ferguson : des mesures pour apaiser les manifestants

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.