Les forces de l'ordre défendent le périmètre d'un incendie pour que les pompiers puissent travailler, ce dimanche.
Les forces de l'ordre défendent le périmètre d'un incendie pour que les pompiers puissent travailler, ce dimanche. © Reuters / Lucas Jackson

Après une nouvelle nuit d’émeutes dans la petite ville de Ferguson, le gouverneur du Missouri fait appel aux militaires de réserve. La publication des premiers résultats de l’autopsie de Michael Brown ne font rien pour apaiser les tensions.

Du côté des forces de l’ordre, la réponse est montée d’un cran. Le couvre-feu instauré samedi n’y aura rien fait. Les manifestations pacifiques de ce dimanche, les hommages rendus à Michael Brown, le jeune homme noir de 18 ans tué par un policier le 9 août, se sont transformés en affrontements avec la police en fin de journée.

Actes prémédités

Au moins deux manifestants ont été blessés par balles, selon Ron Johnson, chargé du maintien de l’ordre dans cette petite ville du centre du pays à majorité noire. Ce rare homme afro-américain dans une police à majorité blanche, a pris la parole au beau milieu de la nuit, lors d’une conférence de presse impromptue :

Des cocktails molotov ont été lancés. Il y a eu des tirs, des pillages, du vandalisme et d'autres actes de violence qui à l'évidence ne paraissent pas avoir été spontanés mais prémédités (...) pour provoquer une réaction.

Frédéric Carbonne raconte les affrontements violents et précoces

►►► LIRE AUSSI | Ferguson : la manifestation dégénère

Les résultats préliminaires de l'autopsie contredisent la version de la police

Dimanche soir, le New York Times publiait les résultats d’une autopsie préliminaire, réalisée à la demande de la famille de Michael Brown par l’ancien médecin légiste en chef de New York, Michael Baden. L’examen fait apparaître que le jeune homme a été touché au moins six fois. Deux balles au moins l’auraient atteint à la tête, de face.

Les explications de Charlotte Alix

Le New York Times publie des extraits de l'autopsie préliminaires ce dimanche.
Le New York Times publie des extraits de l'autopsie préliminaires ce dimanche. © radio-france / Copie d'écran New York Times

La version d’un corps à corps prend du plomb dans l’aile, à la lumière de l’absence de poudre sur le corps du jeune homme. Michael Baden n’a en revanche pas eu accès aux vêtements de la victime, sur lesquels des résidus de poudre pourraient subsister. Certains témoins affirment que Michael Brown levait les mains en l’air lorsqu’on lui a tiré dessus.

Comment en est-on arrivé là dans cette petite ville du Middle West. L'analyse de François Durepaire, historien spécialiste des Etats-Unis , invité du journal de 13h de Patrick Boyer.

►►►LIRE AUSSI | Ferguson : des mesures pour apaiser les manifestants

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.