Le père de la révolution cubaine est mort dans la nuit de vendredi à samedi. Il était âgé de 90 ans.

Fidel castro aura dirigé Cuba d'une main de fer pendant près de cinquante ans
Fidel castro aura dirigé Cuba d'une main de fer pendant près de cinquante ans © Reuters / Desmond Boylan

Ce soir, à 10h29, le commandant en chef de la révolution cubaine, Fidel Castro Ruz, est mort [...] hasta la victoria siempre !

C'est Raul Castro vêtu de l'uniforme vert-olive popularisé par son frère lorsqu'il dirigeait le pays, qui a annoncé à la télévision, aux Cubains, le décès du "Lider maximo", le père de la révolution cubaine, celui qui aura défié onze présidents américains, survécu à d'innombrables tentatives d'assassinat et marqué l'histoire du XXe siècle

Ce décès survient 60 ans jour pour jour après l'appareillage au Mexique de l'expédition du Granma, bateau acheté au Mexique en 1956 par les rebelles au régime du dictateur cubain Batista, parmi lesquels Fidel et Raoul Castro et Che Guevara, qui marque le point de départ d'une guérilla de 25 mois.

Le "Comandante", arrive au pouvoir à la Havane en janvier 1959. Il a alors 32 ans et avec ses jeunes révolutionnaires, "les barbudos", il a réussi à renverser la dictature du président Batista.

En pleine guerre froide, Castro entreprend alors de transformer Cuba en base avancée du socialisme et de l'anti-impérialisme. Charismatique, le cigare à la bouche, vêtu d'un treillis vert olive, Castro défie en permanence Washington au cours de discours enflammés qui peuvent durer des heures.

► A NE PAS MANQUER |Cuba dévoile des archives audiovisuelles rares et exceptionnelles

En avril 1961, un contre-coup d'Etat organisé par la CIA pour le renverser tourne au fiasco dans la baie des Cochons. Castro devient une icône révolutionnaire dans le monde entier, symbole d'un Tiers-monde qui veut dire son mot dans les affaires du monde.

Dans son bras de fer avec les Américains qui ont imposé un embargo contre La Havane, le chef de la révolution cubaine se tourne vers l'Union soviétique qui installe des missiles dans l'île en octobre 1962 provoquant la plus grande crise entre Moscou et Washington. On est à deux doigts d'une guerre atomique. Washington décide un blocus naval de l'île, et Moscou finit par retirer ses fusées contre la promesse américaine de ne pas envahir l'île. Castro ressort de cette crise mondiale auréolé de gloire et déjouera par la suite tous les innombrables complots visant à le liquider.

Face aux menaces extérieures, Castro bunkérise alors son régime et élimine tous ses opposants politique. L'île se transforme au fil des ans en Etat policier. Les Cubains, volontairement ou pas, doivent chanter les louanges de la révolution. La chute de l'URSS en 1991, principal bailleur de fonds de l'île, porte un coup terrible à l'économie cubaine : la population souffre d'énormes pénuries. La répression et la crise poussent des milliers de cubains à prendre le chemin de l'exil vers la Floride toute proche.

Fidel Castro harangue la foule en 1970 à la veille de la grande récolte de la cannes à sucre
Fidel Castro harangue la foule en 1970 à la veille de la grande récolte de la cannes à sucre © Reuters / Prensa Latina

Malgré les efforts déployés par les Etats-Unis, la CIA et les anticastristes, c'est la maladie qui a fini par vaincre "El Comandante", qui a passé le relais du pouvoir à son frère, Raul, à titre provisoire en 2006, définitivement en 2008. Le "comandante" affaibli, passe alors du treillis vert olive, au survêtement.

Fidel Castro n'exerçait ces derniers années plus aucune fonction, se contentant de publier dans la presse des commentaires évoquant les affaires du monde ou de rencontrer des dirigeants étrangers. Il avait d'ailleurs critiqué, après coup, la venue historique sur l'île de Barack Obama en 2016 et le rapprochement entre les deux pays, en dénonçant l'attitude "mielleuse" du président américain et en rappelant aux Cubains les efforts déployés des décennies durant par les Etats-Unis pour renverser le régime de La Havane. On ne se refait pas...

► EN SAVOIR PLUS | Le dossier sur la mort de Fidel Castro

Neuf jours de deuil national ont été décrétés à Cuba

Fidel Castro a été incinéré ce samedi. Les funérailles nationales se dérouleront le 4 décembre à Santiago de Cuba après une procession à travers l'île des cendres de Castro durant quatre jours. 900 km lors d'une procession qui devrait mobiliser des millions de personnes entre le 30 novembre et le 3 décembre. Le premier hommage au Comandante a été programmé lundi matin la place de la Révolution de La Havane.

La cérémonie officielle attirer une foule de dignitaires étrangers et on devrait y voir celle qui a été la compagne du "lider maximo" depuis les années 60 : Dalia Soto del Valle, et qui lui a donné cinq fils. Castro a d'ailleurs eu au moins trois autres enfants - dont une fille vivant à Miami - avec trois autres femmes.

Tristesse ou joie à la nouvelle de la mort de Fidel Castro

A Cuba, la nouvelle de la mort de Fidel s'est rapidement répandue dans les rues, provoquant des réactions de stupeur - malgré la maladie connue du "Comandante"- et de tristesse. La majorité des habitants de l'île n'ont connu que Castro à la tête de leur pays.

Ecoutez la correspondance de Delphine Michelli à Cienfuegos, au sud de La Havane

► LIRE | L'ombre de Castro continue de peser sur les destinées de Cuba

Liesse par contre à Miami où un millier de Cubains ont défilé dans les rues dès l'annonce de la mort de Fidel Castro, aux cris de "Cuba libre !", "liberté, liberté!", accompagnés de champagne, de selfies et de chants avec des concerts de tambours et de casseroles.

Ecoutez la correspondance à Miami de Sophie Prichdonny

► RÉÉCOUTER | L'émission spéciale consacrée à la mort de Fidel Castro

Fidel Castro est mort à 90 ans
Fidel Castro est mort à 90 ans © Visactu
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.