Raul, le frère cadet de Fidel, est désormais seul aux commandes même si, dans la pratique, c'est lui qui gérait le pays depuis le retrait du "lider maximo" en 2006

L'héritage "Castro" est maintenant entre les mains de Raul
L'héritage "Castro" est maintenant entre les mains de Raul © Maxppp / Alejandro Ernesto

Celui qui avait assuré, au moment de sa nomination, qu'il consulterait le "Commandant en chef" pour toutes les décisions importantes, est désormais seul au pouvoir. Âgé de 85 ans, Raul Castro a du faire face à une crise économique qui aurait pu conduire Cuba à la faillite et qui a nécessité l'adaptation de l'économie.

► EN SAVOIR PLUS | Le dossier sur la mort de Fidel Castro

Plus pragmatique, moins idéologique que son frère aujourd'hui disparu, il a introduit des réformes structurelles comme l'abandon du dogme de l'égalitarisme salarial, la privatisation de terres pour les petits agriculteurs ou encore l'autorisation pour chaque Cubains de pouvoir vendre son logement ou sa voiture. Raul Castro est surtout le maître d'oeuvre de l'ouverture du secteur touristique mais aussi du rapprochement historique avec l'ennemi juré, les Etats-Unis.

Alors, maintenant, avec la disparition de son frère aîné, le numéro 1 cubain devrait poursuivre les réformes et l'ouverture économique. Mais à 85 ans, Raul Castro sait qu'il n'a pas l'avenir devant lui. Il a déjà en tête le passage de témoin à la nouvelle génération, celle qui n'a pas connu la Révolution, en vue de son départ annoncé pour 2018, comme l'explique Christophe Ventura, chercheur à l'Iris et spécialiste de l'Amérique latine. Il était l'invité de Yves Decaens.

RÉÉCOUTER | L'émission spéciale consacrée à la mort de Fidel Castro

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.