Le mandat des 12.000 casques bleus présents dans le pays se termine sans que la paix soit revenue dans ce pays ravagé par trois ans de guerre civile.

Camp de réfugiés de l'ONU  au Soudan du Sud
Camp de réfugiés de l'ONU au Soudan du Sud © AFP / Albert Gonzalez Farran

Le Conseil de sécurité des Nations Unies cherche une solution pour réduire les violences au Sud-Soudan, mais le président Salva Kiir refuse la présence d'un contingent des soldats supplémentaires, placés sous commandement de l'ONU. Selon les experts de la région, le déploiement de 4 000 hommes de plus (quel que soit leur uniforme) ne résoudrait de toute façon rien.

Les atrocités dont sont victimes les populations du Soudan du Sud s'amplifient depuis le début de la guerre civile en 2013/

La présence de 12.000 casques bleus n'a pas empêché les combats entre les hommes du président Salva Kiir et ceux du vice-président Riek Machar malgré un accord de paix signé il y a un an.

L'analyse de Marc Lavergne directeur de recherches au CNRS

Cette mission coûte très cher, un milliard et demi de dollars par an, tout ça pour un résultat qui laisse pantois.

La manne pétrolière n'a profité qu'aux seigneurs de guerre et une partie de la population doit sa survie aux organisations internationales et caritatives.

► POUR EN SAVOIR PLUS | lire Soudan du Sud : bienvenue en enfer

Mots-clés :