L'arrestation de Florence Hartmann à La Haye a choqué
L'arrestation de Florence Hartmann à La Haye a choqué © MaxPPP/EPA/Robin Van Lonkhuijsen

L'ancienne porte-parole du procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de 2000 à 2006, a été arrêtée jeudi par des gardes du tribunal alors qu'elle se trouvait à l'extérieur du bâtiment, dans l'attente du jugement de Radovan Karadzic.

La Française avait été condamnée pour outrage à la Cour après avoir publié en 2007, dans un livre "Paix et Châtiment", deux décisions confidentielles rendues par la cour d'appel du TPIY dans le cadre du procès de Slobodan Milosevic, ce qui arait permi, selon Florence Hartmann, de prouver l'implication de l'Etat serbe dans le génocide de Srebrenica, qui a coûté la vie à près de 8.000 Bosniaques en 1995.

La lanceuse d'alerte est détenue en isolement

Florence Hartmann se trouve sous une surveillance accrue "pour risque de suicide", ce qui signifie que sa cellule est éclairée 24 heures sur 24 et qu'elle est contrôlée toutes les 15 minutes par des gardes" a expliqué son avocate, Me Guénaël Mettraux qui demande un allégement de ses conditions de détention jugées "totalement inutiles, injustifiées et disproportionnées" et surtout sa libération.

Pour Me William Bourdon :

Aberrant d'incarcérer une journaliste pour avoir fait son travail, avoir servi la vérité, avoir donné l'alerte dans un livre ! Un paradoxe au moment où la condamnation de Karadzic grandit le TPI.

Une amende commuée en peine de prison

Cette incarcération fait suite à la condamnation de Florence Hartmann par le TPIY en 2009, confirmée en appel en 2011. Une condamnation qui avait scandalisé de nombreux journalistes et organisations actives dans les pays de l'ex-Yougoslavie, qui s'étaient rassemblés au sein d'un comité de soutien. L'ancienne correspondante du Monde dans les Balkans avait refusé de payer une amende de 7.000 euros, commuée par les juges en sept jours de prison.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Lire le communiqué du SNJ

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.