Coup d'envoi des JMJ
Coup d'envoi des JMJ © Reuters / Ricardo Moraes

Les Journées mondiales de la jeunesse ont officiellement débuté hier soir avec une messe célébrée sur la plage de Copacabana au Brésil, sans le Pape François. Plus d’un million et demi de personnes sont attendues jusqu’à dimanche dans un contexte tendu.

C'est l'archevêque de Rio de Janeiro, monseigneur Orani Joao Tempesta qui a donné hier soir le coup d'envoi des JMJ devant des milliers de pèlerins. Pendant ce temps, le Pape François est resté au calme, dans sa résidence perchée sur les hauteurs de Rio. Un peu de repos avant de présider dès d'aujourd'hui, les différentes cérémonies qui rassembleront pendant cinq jours un million et demi de jeunes catholiques venus de plus de 170 pays.

Le Pape en mission au Brésil

Le Brésil est le plus grand pays catholique du monde, mais depuis plusieurs années, l'Eglise est en perte de vitesse face à la poussée des églises évangéliques pentecôtistes, très actives dans les grandes villes. Elles ont vu leur nombre de fidèles multiplié par cinq en 30 ans. Pour faire face, le mouvement catholique utilise les mêmes recettes que ces concurrentes.

Le Reportage d'Elodie Touchard

__ ### Inquiétudes sur la sécurité Le souverain pontife a connu une arrivée mouvementée lundi. Sa voiture s'est retrouvée coincée au milieu de la foule. Le véhicule du pape a mis douze minutes pour parcourir 500 mètres. Le dispositif de sécurité est pointé du doigt d'autant que le pays est sous tension. Les policiers brésiliens ont dispersé des centaines de personnes venus protester lundi contre le coût de l'organisation des JMJ, soit 40 millions d'euros, alors que le pays connait ses plus importantes manifestations depuis 20 ans. Plus d'un million de brésiliens se sont déjà rassemblées ces dernières semaines dans de nombreuses villes du Brésil pour protester contre la corruption, la hausse des prix et l'inefficacité des services publics. Les manifestants promettent de nouvelles actions dans les prochains jours, dans les environs de Copacabana où le Pape doit célébrer des cérémonies des JMJ jeudi et vendredi soir.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.