Le pape est arrivé vendredi en visite en Turquie. Trois jours pour plaider en faveur du dialogue avec l'islam, tout en condamnant les violences qui visent les chrétiens et autres minorités au Moyen-Orient.

Le pape François
Le pape François © MaxPPP/ANSA/Ettore Ferrari
Accueilli à l'aéroport par le ministre des Affaires étrangères Mehmet Cavusoglu, le souverain pontife va rencontrer dans l'après-midi le président turc Recep Tayyip Erdogan. Il doit poursuivre samedi et dimanche sa visite en Turquie en se rendant à Istanbul. Son message est politique, "le but de ce voyage, écrit-il est de favoriser la rencontre et le dialogue entre cultures différentes". Aucun déplacement dans un camp de réfugiés n'a été annoncé alors que la Turquie héberge sur son sol près de deux millions de réfugiés, dont des milliers de chrétiens, qui ont afflué de Syrie depuis le début du conflit dans ce pays en mars 2011. Mais selon les spécialistes, le pape pourrait réserver des surprises en la matière, d'autant que dans l'avion qui m'amenait en Turquie, le Pape a "remercié la Turquie qui aide tant de réfugiés" .. **Le reportage à ankara d'Anaïs Feuga**
### Il s'agit de la première vite pontificale dans ce pays majoritairement musulman La tolérance religieuse et la lutte contre l'extrémisme figurent à l'ordre du jour des discussions avec le président Erdogan ainsi qu'avec Mehmet Gormez, le plus haut dignitaire religieux musulman du pays qui, de par sa constitution, est une nation laïque. L'essentiel pour le Vatican se déroulera ensuite à Istanbul, où la visite sera consacrée aux relations avec le patriarche de Constantinople, Bartholomée et la minuscule communauté catholique. François et le primat de l'Église orthodoxe devraient lancer des appels conjoints en faveur du respect des droits de l'homme et de la liberté de culte, et faire part de leur crainte de voir le christianisme disparaître de ses berceaux proche-orientaux. Le pape pourrait aller prier à Istanbul à l'intérieur de la basilique Sainte-Sophie, érigée sous l'Empire byzantin avant d'être transformée en mosquée par les Ottomans après la chute de Constantinople. ### La Turquie a pris d'importantes mesures de sécurité Le Vatican n'a évoqué aucune menace spécifique contre François, même si le pape fait régulièrement partie des cibles évoquées dans les communiqués du groupe Djihadiste appelé l’Etat Islamique. Les forces de l’ordre turques seront tout de même mobilisées en masse: 2.700 policiers à Ankara, quelque 7.000 à Istanbul. De nombreuses rues seront bouclées, en particulier dans le quartier où se trouve la Mosquée bleue. Les relations entre islam et christianisme se sont apaisées mais le voyage de François se déroule dans une certaine indifférence des Turcs.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.