Le président François Hollande à Doha après la signature du contrat de vente de 24 avions Rafale
Le président François Hollande à Doha après la signature du contrat de vente de 24 avions Rafale © Reuters

Après Doha au Qatar pour signer la vente de 24 Rafales, le Président de la République se trouve maintenant Arabie Saoudite. François Hollande est l’invité d’honneur du Conseil de coopération du Golfe, une faveur exceptionnelle accordée par les émirs.

La vente de 24 avions de combat Rafale a été officiellement signée ce lundi matin. François Hollande avait fait pour l'occasion le déplacement à Doha pour assister, aux côtés de l'émir du Qatar Cheikh Tamin ben Hamad Al Thani, à la signature officielle de ce contrat d'un montant de 6,3 milliards d'euros qui comprend également des missiles fournis par MBDA.

"Good choice (bon choix)", a dit le chef de l'État français au général qatari Ahmad al Maliki, chargé de la sélection et de l'acquisition du nouvel avion de combat, après la signature. "C'est une satisfaction pour Dassault, une grande satisfaction pour l'équipe de France", a pour sa part déclaré le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier à la presse, avant la signature. "C'est de bon augure pour tous les pays de la région parce que tout le monde va voir les capacités du Rafale".

Pour préparer d'autres contrats ?

"Cette vente au Qatar nous ouvre des perspectives aussi vers les Emirats puisque les deux pays sont partenaires, leurs deux armées de l’air travaillent souvent ensemble", explique Camille Grand, le directeur de la Fondaction pour la recherche stratégique.

Camille Grand : "Les Emirats Arabes Unis pourraient être les prochaines acheteurs de Rafales français." >

Paris a d’ailleurs des raisons d’espérer car partout dans le golfe, les dépenses d’armement explosent ces dernières années. C’est même le marché le plus important pour les industriels français avec 40% de contrats engrangés. L’explication est simple. Compte tenu de l’instabilité dans la région, Ryad dépense sans compter ses pétrodollars pour acheter sa sécurité.

Le tapis rouge pour François Hollande au Conseil de coopération du Golfe

Après Doha, le président de la République est maintenant en Arabie Saoudite pour, peut-être, vendre d’autres avions. Et François Hollande devrait y être chouchouté. Les émirs lui ont accordé la faveur exceptionnelle de le faire invité d’honneur du Conseil de coopération du Golfe qui regroupe six monarchies de la péninsule arabique. C’est la première fois qu’un chef d’Etat est convié comme cela.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.