La décision de Trump de lancer des raids aériens en Syrie reçoit un accueil plutôt favorable de la part des politiques. La population, elle, ne veut pas d'un conflit.

Etats-Unis : Donald Trump ordonne une frappe aérienne sur la Syrie le 6 avril 2017
Etats-Unis : Donald Trump ordonne une frappe aérienne sur la Syrie le 6 avril 2017 © AFP / JIM WATSON

Le village syrien de Khan Cheikhoune, où une attaque chimique a provoqué la mort d'environ 80 personnes dont une trentaine d'enfants mardi, a été la cible de nouvelles frappes aériennes américaines ce vendredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Donald Trump avait déjà autorisé un raid aérien, le premier depuis le début du conflit syrien, sur une base militaire syrienne, tuant au moins six soldats syriens. Washington a indiqué avoir tiré 59 missiles de croisière sur la base militaire aérienne d'Al-Chaayrate (centre).

Donald Trump s'est adressé à la population américaine, mais aussi aux pays étrangers, lors d'un point presse en Floride pour annoncer le raid aérien sur la base militaire syrienne :

C'est dans l'intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis d'empêcher et supprimer l'usage d'armes chimiques mortelles. Ce soir j'appelle toutes les nations civilisées à nous rejoindre pour mettre fin aux massacres en Syrie et pour mettre fin à toutes formes de terrorisme.

Les républicains applaudissent

Le Président du groupe républicain à la Chambre des représentants Paul Ryan, qui s'oppose à Donald Trump sur de nombreux sujets, approuve cette fois l'action du Président américain :

Traduction : cette action en Syrie était appropriée et juste

Le sénateur John Mc Cain, ancien militaire et plutôt vu comme un modéré au sein du parti républicain, soutient lui aussi la réaction américaine :

Traduction : ces frappes en Syrie envoient un message important selon lequel les Etats-Unis ne resteront pas sans rien faire pendant qu'Assad aidé de la Russie assassine des syriens innocents

Le sénateur républicain Marco Rubio, ancien candidat à la Maison blanche, et l'un des plus béliqueux du Sénat, a justifié cette décision de Trump :

Traduction : "Je sais que (D.Trump) a été profondément ému par les images et les histoires provoquées par l'attaque chimique syrienne".

Il cite même la Bible :

Traduction : soyez-en sûr : "le méchant ne restera pas impuni. Proverbe 11:21"

Même des élus républicains qui étaient opposés à une frappe d'Obama en 2013 ont exprimé leur soutien àTrump

Les démocrates sont plus modérés...

L'ancienne secrétaire d'Etat démocrate Hillary Clinton, qui avait milité pour une approche plus musclée de l'administration Obama contre Damas, s'est dite favorable aux frappes pour "détruire" les bases aériennes syriennes

Le président du parti démocrate au Sénat Chuck Schumer a publié un communiqué plutôt vague où il soutient l'action militaire des Etats-Unis en Syrie, tout en reprochant à Donald Trump de ne pas avoir consulté le Congrès auparavant.

Les réactions aux Etats-Unis avec Frédéric Carbonne :

... voire très critiques

Traduction : le président s'intéresse suffisamment au peuple syrien pour lancer 50 tomahawks mais pas assez pour laisser les victimes d'Assad trouver refuge ici

Ses supporters d'extrême droite lui tournent le dos

Certains des plus ardents défenseurs de Trump durant sa campagne sont devenus ce vendredi ses plus grands opposants , lui reprochant d'avoir rompu son engagement de maintenir les Etats-Unis à l'écart d'un nouveau conflit au Moyen-Orient.

Pour Laura Ingraham, une analyste conservatrice, note que les frappes rassemblent autour de Trump aujourd'hui ceux qui hier étaient les plus critiques à son égard

► VOIR | La conférence de presse de Donald Trump sur sa décision de lancer un raid aérien en Syrie le 6 avril 2017 (en anglais)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.