tempête de neige sur le nord-est des états-unis
tempête de neige sur le nord-est des états-unis © reuters
par Elizabeth Dilts et Scott Malone NEW YORK (Reuters) - L'état d'urgence a été décrété jeudi dans les Etats de New York et du New Jersey, sur la côte est des Etats-Unis balayée par une tempête de neige et un froid polaire qui ont provoqué l'annulation ou le retard de près de 4.200 vols, la fermeture d'administrations et d'écoles et la paralysie d'axes routiers. Au total, 2.076 vols ont été annulés et 2.083 autres ont été retardés, selon le décompte fourni vendredi par le site FlightAware.com, qui rend compte du trafic aérien. C'est dans les aéroports de LaGuardia (New York), de Newark (New Jersey) et de Philadelphie que l'on dénombrait le plus grand nombre d'annulations. Cinq centimètres de neige sont tombés à Washington, entre huit et quinze centimètres à Baltimore, 13 cm à Philadelphie et 45 cm à Boston, dans le Massachusetts. Dans cette ville, l'aéroport Logan a annoncé jeudi soir avoir annulé plus du quart des vols prévus. Sous l'effet de masses d'air en provenance de l'Arctique, le mercure a chuté. Le Massachusetts est particulièrement touché par les intempéries puisque dans certaines régions, on signalait jusqu'à 60 cm de neige alors qu'un vent glacial balayait le territoire américain de la vallée du Mississippi aux rivages de l'Atlantique. On signalait une quinzaine de centimètres de neige à Manhattan, au coeur de New York, où la température est tombée vendredi à -10° Celsius. Un record (-43°C) a été atteint mercredi à Van Buren, dans le Maine, ainsi qu'à Babbitt et Embarrass, dans le Minnesota. "Nous allons connaître au cours des prochaines 24 heures des températures comme nous n'en avons pas vues depuis un certain temps", a annoncé Peter Judge, porte-parole de l'Agence de gestion des situations d'urgence du Massachusetts. TEST POUR DE BLASIO D'après les services météorologiques, les températures relevées sont inférieures de 11 à 17°C à la normale saisonnière. La vague de froid descend jusqu'à la Nouvelle-Orléans, où le mercure est tombé à un inhabituel 2°C, ce qui a conduit les autorités à ouvrir des centres d'hébergement d'urgence pour les sans-abri. Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a recommandé la plus grande prudence à tous les habitants de l'Etat, leur demandant de rester chez eux si possible. Comme son homologue du New Jersey, Chris Christie, il a ordonné la fermeture ce vendredi des administrations et services publics non essentiels. Le siège des Nations unies, les tribunaux fédéraux du New Jersey mais également des écoles de New York et l'université de la ville sont restés fermés. Des mesures identiques ont été prises pour des établissements scolaires à Hoboken et Jersey City dans le New Jersey, à Boston et Providence dans le Massachusetts, ainsi que pour la plupart des écoles dans le Connecticut. Plus de 3.330 personnes ont été mobilisées pour rendre les axes routiers praticables dans le Massachusetts et près d'un millier d'autres ont été affectées au seul district côtier de North Shore particulièrement touché. Ces intempéries constituent le premier défi majeur pour le nouveau maire de New York, Bill de Blasio, qui a annoncé la mobilisation de 2.500 engins pour dégager les rues de la ville recouvertes par plus de 16 cm de poudreuse. "Je suis certain que le maire De Blasio fait ce qu'il peut mais de nombreuses rues n'ont pas du tout été dégagées et je ne suis pas contente", a commenté une employée de banque de Brooklyn. Plusieurs centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux à Washington ont été autorisés à travailler depuis chez eux ou à prendre une journée de repos en raison de la tempête. A Chicago, un homme extrait par les pompiers du Lac Michigan dans lequel il était tombé se trouve dans un état grave. Elizabeth Dilts et Victoria Cavaliere, avec Scott Malone à Boston; Henri-Pierre André et Eric Faye pour le service français
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.