Le bateau de surveillance européen Frontex  équipage portugais
Le bateau de surveillance européen Frontex équipage portugais © Radio France / Sandy Dauphin

La Commission européenne va créer une nouvelle Agence européenne de garde-côte et des frontières habilitée à intervenir aux frontières extérieures sans le consentement préalable de l'Etat concerné. Elle doit présenter son projet ce mardi . Les états récalcitrants n'auraient pas leur mot à dire.

La nouvelle agence européenne des frontières pourrait être déployée dans des Etats non membres de l'Union européenne comme la Serbie et la Macédoine tandis que les membres de l'UE sans frontière extérieure pourraient fournir une aide accrue aux pays.

Plus d'agents et un budget multiplié par deux

Cette force pourrait compter un millier d'agents permanents (contre 400 pour les effectifs de l'actuelle agence Frontex) et serait en mesure de piocher dans un réservoir de 1 500 agents supplémentaires mobilisables en quelques jours. Elle disposerait d'un budget au moins deux fois plus important que celui de Frontex, l'actuelle agence.

Des expulsions facilitées

La nouvelle agence pourra plus facilement procéder aux expulsions.

Ce projet est destiné à faire face à la crise migratoire la plus grave depuis 1945. Selon la Commission, il y a eu près de 1,5 million de franchissements illégaux de frontières depuis janvier par des migrants poursuivant leur route sans être enregistrés.Cette situation a conduit plusieurs pays, comme l'Allemagne, l'Autriche, la Suède, à rétablir provisoirement des contrôles aux frontières intérieures.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.