nouvelle fuite radioactive à fukushima après de fortes pluies
nouvelle fuite radioactive à fukushima après de fortes pluies © reuters

Près de trois ans après la catastrophe, deux ans après la "stabilisation" de la centrale de Fukushima, la situation reste précaire. France Inter est entré dans l'enceinte de Fukushima Daiichi au Japon.

Le Japon devrait considérer le nucléaire comme une source d'énergie "importante et fondamentale", a cependant recommandé une commission formée par le gouvernement nippon, qui devrait suivre cet avis malgré le traumatisme provoqué par la catastrophe de Fukushima.

1000 réservoirs pour stocker l'eau contaminée: reportage à Fukushima d'Anne-Laure Barral

Le Premier ministre, Shinzo Abe, est favorable à la relance du nucléaire au Japon en raison du coût des importations de combustible fossile pour faire fonctionner les centrales à charbon, à l'origine d'un déficit commercial record et d'une hausse des tarifs de l'électricité.

Le précédent gouvernement avait décidé l'abandon du nucléaire après la fusion de trois réacteurs à la centrale de Fukushima Daiichi, au nord de Tokyo, à la suite d'un tremblement de terre et d'un tsunami le 11 mars 2011, la plus grave catastrophe nucléaire au monde depuis celle de Tchernobyl en 1986.

Dans son rapport, la commission a écrit:

L'énergie nucléaire est une source basique d'énergie importante et fondamentale qui soutiendra la stabilité de la demande et de l'offre énergétiques.

Elle ne formule cependant aucune proposition quant à la part du nucléaire dans le mix énergétique du Japon. Cette commission est dirigée par Akio Mimura, président d'honneur de Nippon Steel & Sumitomo Metal, premier groupe sidérurgique du Japon et l'un des principaux consommateurs d'électricité de l'archipel.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.