Quartier du Sablon à Bruxelles
Quartier du Sablon à Bruxelles © Max PPP

Une fusillage a éclaté près du musée juif de Belgique, dans le centre de Bruxelles.

Parmi les personnes décédées : une française et un couple de touristes israéliens.

La quatrième victime, un Belge d'une vingtaine d'années, dont le pronostic vital était engagé est décédée en début d'après-midi.

La fusillade se serait déroulée vers 15h50 samedi. Le tireur, qui aurait agi seul selon les premiers éléments de l'enquête, serait sorti d'une voiture de marque allemande et aurait ouvert le feu sur quatre personnes. La police belge a lancé un appel à témoin en diffusant les vidéos du suspect lorsqu'il arrive au musée, puis en train de tirer.

► ► ►ALLER PLUS LOIN | L'appel à témoin de la police belge

La piste antisémite

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders se trouvait justement dans ce quatrier du Sablon. Il a immédiatement réagi sur Twitter :

Parmi les victimes : deux touristes israéliens habitant Tel Aviv. En réaction, le Premier ministre israélien, BenjaminNetanyahu, a jugé que cet acte était

la conséquence de l'incitation incessante à la haine contre les Juifs et leur Etat.

En marge de son voyage au Proche-Orient, le pape François a tenu à s'exprimer cet après-midi sur cette fusillade, se disant "profondément meurtri".

Je pense à ceux qui ont perdu la vie dans l'effrayant attentat et je renouvele ma déploration pour un tel acte criminel de haine antisémite.

Les réactions en France

En France, le Premier ministre, Manuel Valls , a exprimé sa "solidarité et compassion" pour le peuble belge. Il a ainsi déclaré :

J'adresse un message de solidarité et de compassion à nos amis belges. Nous savons que les risques d'attentat en Belgique, en Europe, en France, sont présents depuis déjà quelques années. Les services de renseignement, de police travaillent pour empêcher ce type d'attentat.

Plus tard dans la journée de dimanche, le président de la République, François Hollande , s'est exprimé depuis son bureau de vote de Tulle :

Nous devons tout faire pour lutter contre l'antisémitisme et le racisme. Cette cause est bien sûr celle de la France mais celle de toute l'Europe, elle doit nous mobiliser. Nous devons avoir les yeux tournés vers les valeurs de l'Europe, les principes de l'Europe ... Il convient de se battre, y compris de voter, pour les faire respecter.

Au parti socialiste, la maire de Lille, Martine Aubry a dénoncé :

Cet acte odieux témoigne, une fois de plus, d'une montée dangereuse de l'antisémitisme et du racisme en Europe au moment où les populismes et les idées nationalistes gagnent du terrain.

La maire de Paris, Anne Hidalgo a précisé dans un communiqué :

Paris est totalement mobilisée au côté de Bruxelles et de toutes les capitales européennes pour traquer les actes, mais également les idées et les paroles antisémites, qui ouvrent la voie à toutes les violences.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.