israël pilonne à nouveau gaza
israël pilonne à nouveau gaza © reuters

Deux semaines après le début de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, "Bordure protectrice" a changé de visage. Aux pilonnages succèdent maintenant des combats rapprochés et la guérilla urbaine.

Au 14e jour de l’offensive israélienne sur Gaza, le nombre de victimes palestiniennes atteint au moins 560 personnes, en majorité des civils, morts depuis le 8 juillet, dont plus de 140 pour la seule journée de dimanche, les blessés seraient au moins 3.000.

►►►A LIRE AUSSI IA Shejaiya, l'opération militaire israélienne aurait fait plus de 120 morts

François Hollande : Tout faire "pour mettre un terme immédiat à la souffrance des populations à Gaza"

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a fait part de son inquiétude et a appelé à un cessez-le-feu immédiat, sans être entendu. Lundi après-midi c'est Barack Obama qui a pris la parole. Pour le Président américain la fin des hostilités reste une priorité. Il a annoncé que son chef de la diplomatie John Kerry -attendu au Caire- devrait pousser à un cessez-le-feu immédiat.

Barack Obama :

Notre priorité et la priorité de la communauté internationale est d'obtenir un cessez-le-feu pour mettre fin aux combats et préserver la vie de civils innocents, tant à Gaza qu'en Israël

Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l'ONU, est arrivé en Egypte pour ce même but après avoir rencontré François Hollande. Pour le Président français :

Tout doit être fait pour mettre un terme immédiat à la souffrance des populations civiles à Gaza

Diplomatiquement, on s'est plus mouillé à Madrid. Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo a appelé lundi à un cessez-le feu immédiat dans la bande de Gaza, exigeant qu'Israël respecte "le principe de proportionnalité" dans sa réponse au Hamas, face aux plus de 500 Palestiniens tués dans l'offensive israélienne en cours.

le bilan de l'offensive israélienne sur gaza dépasse 500 morts
le bilan de l'offensive israélienne sur gaza dépasse 500 morts © reuters

Lundi, encore plus d'une trentaine de Palestiniens ont été tués et des dizaines de corps ont été retrouvés dans les décombres

Benjamin Netanyahu a jugé dans un communiqué que l'opération se déroulait "conformément aux plans" voire "dépassait (les) attentes" concernant la destruction des tunnels du Hamas vers Israël.

L'aviation et les blindés israéliens ont continué de pilonner la bande de Gaza tout au long de la nuit. Les forces israéliennes annoncent avoir abattu lundi matin dix activistes palestiniens qui tentaient de passer en Israël par deux tunnels creusés sous la frontière avec la bande de Gaza. A la mi-journée huit Palestiniens dont 4 enfants ont été tués dans un nouveau raid. Des tirs de chars ont une nouvelle fois touché dans la journée un hôpital de Gaza faisant quatre morts et 70 blessés. Neuf membres d'une même famille, avec sept enfants, ont également été tués.

Le reportage de Mathilde Lemaire à Erez, le passage entre Israël et Gaza

Fuyant les bombardements, 87.000 Palestiniens ont trouvé refuge dans 67 bâtiments de l'ONU à Gaza, où femmes et enfants sont installés à même le sol des couloirs faute de place.

Israël, de son côté, a été la cible d'une soixantaine de roquettes qui n'ont pas fait de victimes, portant le total à plus de 1.500 projectiles depuis le début de l'offensive. 25 Israéliens dont 23 militaires ont été victime des combats ou de tirs de roquette. Dimanche, l'armée a enregistré son bilan le plus lourd depuis sa guerre contre le Hezbollah libanais en 2006, avec 13 soldats tué. Lundi ce sont 7 militaires qui ont été tués. Quelque 90 militaires ont été blessés.

Les explications de Sébastien Laugénie, à Jérusalem

La branche armée du Hamas a affirmé dimanche soir avoir enlevé un soldat israélien. Israël dément

Le Hamas défie les israéliens en tentant de pénétrer en territoire israélien via les tunnels que l'armée tente de détruire et en revendiquants la capture d'un soldat. L'organisation dit qu'il s'appelle Shaul Aron et a montré ses papiers d'identité, mais n'a pas diffusé de photo de lui.

"Nous ne pouvons pas l'exclure", a déclaré le porte-parole de l'armée israélienne. L'armée israélienne dit continuer d'enquêter sur ce qui pourrait être un cauchemard pour Tashal. Israël avait été obligée de relâché plus de 1.000 prisonniers palestiniens en 2011, pour obtenir a libération de Gilad Shalit, retenuprisonnier depuis plus de cinq ans.

►►► A VOIR |Tous les reportages vidéo à G aza

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.