plus de 700 morts à gaza
plus de 700 morts à gaza © reuters

Mercredi, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a accru la pression sur Israël en décidant l'envoi d'urgence d'une commission chargée d'enquêter sur les violations qui auraient été commises à Gaza.

Navi Pillay, haut commissaire des Nations unies, a déclaré qu'il existait une "forte possibilité" qu'Israël ait commis des crimes de guerre. Sur place, plusieurs éléments se sont accumulés ces derniers jours qui ont provoqué cette réflexion.

Quartier Asamer à Gaza. Les secouristes s’agitent au pied d’un immeuble de six étages. Les trois derniers ont littéralement explosé. Une bombe a été larguée par l’aviation il y a 2 jours. Bilan : quatorze morts au moins. Tous les corps n’ont pas été retrouvés. Mohamed 28 ans vit à deux rues d’ici. Il contemple les décombres et ne peut retenir sa colère.

« Ce bâtiment que vous voyez était un bâtiment résidentiel avec un cabinet d’avocats. Ici, il n’y avait pas un seul membre du djihad islamique, ni du Hamas ni de quelconque résistance ! 100 % de civils : des hommes, des femmes, des enfants.… Tous les membres d’une même famille sont morts là-dedans : la famille Al Qayali: C’étaient des Palestiniens qui étaient aussi des citoyens allemands ! Il n’y a eu aucun avertissement, juste le choc au passage du F16 à la tombée de la nuit, au moment de l’iftar, la rupture du jeune du ramadan », raconte le jeune homme.

«Ces gens-là ne connaissent que le langage des armes et du sang. Ils ont même été capables hier de lancer un missile sur une école un peu plus au sud », ajoute-t-il.

Les fléchettes de la mort

Quand on l’interroge sur l’enquête que lancent les Nations Unies concernant une possible violation du droit humanitaire, Mohamed répond qu’il ne sait pas « s’il faut en rire ou en pleurer ». Pour lui, des crimes de guerre, il s’en produit chaque jour, presque chaque heure depuis deux semaines ici.

Le Conseil palestinien pour les droits de l’homme dénonce aussi l’utilisation par l’armée israélienne d’une arme particulièrement perfide qui peut produire de redoutables mutilations : l’obus à fléchettes, aussi appelé « fléchettes de la mort ».

« Ce sont comme vous le voyez des clous de cinq centimètres en acier, avec une pointe acérée et des petits ailes. Chaque obus contient 5000 de ces petites fléchettes L’explosion les projette très loin. Avec ça, vous êtes sûr de mutiler ou de tuer un maximum de personne sur des centaines de mètres. Il y a clairement cette volonté », argumente Hamdi Shuqura, l’un des responsables de cette ONG.

Israël ne dément pas

Il explique que les experts de son organisation avaient déjà eu des preuves d’utilisation de ces fléchettes de la mort en 2009 à Gaza, et en 2006 au Liban.

« Cette fois, nous avons déjà un cas confirmé et trois cas en cours d’investigation », précise-t-il

Interrogé sur ces obus à fléchettes, le porte-parole de l’armée israélienne n’a pas démenti leur utilisation. Une arme, selon lui, « autorisée par le droit international ». C’est juste mais son usage implique d’être sur un terrain de combat. Pas au milieu d’une zone urbaine avec de nombreux civils. Près de 80 % des personnes tuées depuis le début de cette opération « Bordure protectrice » sont des civils. Parmi eux : un tiers d’enfants.

►►► A LIRE AUSSI|Manifestation massive et sans heurt pour soutenir les Palestiniens

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.