Khouzaa, au sud de la bande de Gaza, près de la ville de Khan Younes, a été en très grande partie détruit et connait un siège militaire depuis 48 heures.

Dans les rues de Khan Younes, les cortèges funéraires se succèdent au pas de course. Dans les linceuls blancs parfois maculés de sang, se trouvent les premières dépouilles exfiltrées du village de Khouzaa. Le petit Abdou, 10 ans, tente de suivre cette course infernale derrière les adultes, avec ses petits copains qui écoutent en même temps la radio attendant les dernières informations.

Abdou explique :

Ces deux hommes qu’on porte là, ce sont deux frères en fait. Des corps comme ça, il y en à d’autres encore à la morgue. Mais on va d’abord enterrer ceux-là pour commencer .

Des hommes traumatisés

Les derniers habitants enfuis du village de Kouza’a se sont réfugiés dans une école à quelques kilomètres. Certains adultes semblent devenus fous. Ils sont traumatisés. Un homme hurle à la mort. Il s’appelle Mahmoud. Il répète en boucle la même description : les tirs ininterrompus, les raids, les corps mutilés, les cadavres abandonnés, et l’omniprésence des chars israéliens.

Mahmoud nous interpelle. Il crie :

Où sont les responsables de ce massacre ? Je condamne Israël, et aussi les responsables palestiniens qui ne font rien.Venez voir ce qu’on subi ici Je déteste tout le monde. J’ai perdu un frère. Un autre de mes frères est sous les décombres. Qui va me rendre les mes frères… ? Aidez-nous ! Aidez-nous !

Non sans mal, quelques ambulances ont pu accéder à Khouzaa. Un secouriste a d’ailleurs été touché. Le convoi est revenu avec quatre morts et quatre blessés. Sous les décombres, ils seraient bien plus nombreux selon Ahmad, l’un des ambulanciers.

« Comme après un tremblement de terre »

Ahmad raconte:

Les israéliens avaient fait des dunes pour couper la route. Il a fallu attendre des heures avant qu’il la dégage avec des bulldozers. On est entrés. Ils ont voulu fouiller toutes nos voitures. Ensuite là-bas, on a découvert une ville fantôme. C’est comme s’il y avait eu un tremblement de terre. Les habitants ne reconnaîtront pas leur village quand ils y retourneront.C’est la catastrophe. C’est à pleurer. Tout est par terre.

En faisant du village de Khouzaa un siège militaire, Israël a grignoté, annexé une partie de l’enclave palestinienne et donc modifié le dessin de la zone tampon sur la carte.

Jeudi a été une des journée les plus sanglantes du conflit

Près de 100 Palestiniens ont été tués sans la seule journée de jeudi. Le dernier bilan se monde aujourd'hui vendredi à 815 Palestiniens tués en 18 jours de conflit, selon les secours palestiniens.

►►►POUR EN SAVOIR PLUS | "Jour de colère" vendredi en Cisjordanie et à Jérusalem-Est

Jeudi, les forces israéliennes ont bombardé une école gérée par les Nations unies dans le nord de la bande de Gaza, où des civils palestiniens avaient trouvé refuge, faisant au moins 15 morts et 200 blessés. Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, "sous le choc et consterné", a renouvelé son appel à un cessez-le-feu entre Israël d'une part et le Hamas et ses alliés d'autre part. L'OMS appelle à l'ouverture d'un corridor humanitaire dans la bande de Gaza afin de permettre l'évacuation de blessés et l'entrée de médicaments.

Un possible cessez-le-feu

Il s'agit d'une proposition américaine : cinq jours de cessez le feu humaniaire qui commencerait samedi Le cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu en débat actuellement. Le Hamas y serait prêt.

A Jérusalem, la correspondance de Ludovic Piedtenu

DERNIERE MINUTE : On a appris peu avant 20h vendredi, qu' Israël rejette la proposition de cessez-le-feu de Kerry

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.