Gerry Adams interrogé par la police sur un meurtre commis par l'IRA
Gerry Adams interrogé par la police sur un meurtre commis par l'IRA © REUTERS/Cathal McNaughton

Les Républicains accusent la police d'avoir effectué une "arrestation politique". L'inculpation de l'une des principales figures de la paix en Irlande du Nord porterait gravement atteinte au processus de paix.

La garde à vue de Gerry Adams a été prolongée vendredi soir de 48 heures. Le leader nationaliste irlandais est entendu par la police depuis mercredi soir, dans le cadre de l’enquête sur le meurtre en 1972 de Jean McConville, une mère de famille enlevée et tuée par un commando de l’IRA. Il dément toute implication dans cette exécution, qu'il dit réprouver.

La prolongation de la garde à vue accentue les tensions politiques

Martin McGuinness, numéro deux du Sinn Fein, ancien commandant de l'IRA et aujourd'hui vice-Premier ministre d'Ulster au sein du gouvernement bi-confessionnel de la province britannique, voit une motivation politique derrière cette arrestation. Il a mis en garde contre une éventuelle inculpation, menaçant le cas échéant de "revoir" le soutien du Sinn Fein à la police, institution primordiale pour le succès du processus de paix.

La garde à vue de Gerry Adams fait craindre des tensions autour du processus de paix scellé en 1998, dont il a été l'un des principaux artisans et qui a mis fin à trente années d'un conflit entre nationalistes catholiques et unionistes protestants qui a fait 3.500 morts.

Le reportage de Franck Mathevon

►►► POUR EN SAVOIR PLUS |Gerry Adams interrogé par la police

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.