La Colombie est endeuillée depuis l'importante coulée de boue survenue vendredi soir, dont le bilan provisoire fait état de plus de 200 morts et au moins autant de disparus.

Plusieurs centaines de personnes sont encore portées disparues après la gigantesque coulée de boue qui a ravagé la ville de Mocoa
Plusieurs centaines de personnes sont encore portées disparues après la gigantesque coulée de boue qui a ravagé la ville de Mocoa © AFP / LUIS ROBAYO

La Colombie est en deuil après une gigantesque coulée de boue qui a fait plus de 200 morts, des centaines de disparus et de blessés, suite aux fortes pluies affectant la région andine, dont aussi le Pérou et l'Equateur. La Croix-Rouge a répertorié 206 morts, 202 blessés et 220 disparus, après cette catastrophe qui a ravagé tard vendredi soir la ville de Mocoa, chef-lieu du Putumayo, dans le sud du pays, et dont le bilan pourrait encore s'alourdir.

"Nos coeurs sont avec les familles des victimes et les personnes affectées par cette tragédie", a tweeté le président Juan Manuel Santos, qui a pris sur place la direction des secours et déclaré l'état de "calamité publique" pour les "accélérer".

Les images de cette ville de 40.000 habitants, privée d'électricité et d'eau courante, sont impressionnantes : rues envahies de boue et de rochers, militaires portant des enfants dans les décombres, habitants en larmes, voitures écrasées et déchets partout.

"Malheureusement, les chiffres les plus récents [...] sont : 193 morts et 202 blessés", a ajouté M. Santos. Un responsable de la Croix-Rouge a précisé qu'il se référait aux victimes identifiées de cette coulée de boue provoquée par des crues, qui a dévalé sur Mocoa vers 23h30 vendredi (04h30 GMT samedi).

30% de la moyenne mensuelle en une soirée

Parlant d'une catastrophe de "grande dimension", le directeur du service de secours de la Croix-Rouge, César Urueña, a précisé que 300 familles étaient affectées, 17 quartiers gravement endommagés et 25 bâtiments d'habitation détruits.

De nombreux rescapés ont raconté à M. Santos qu'ils s'étaient juchés sur les toits parce que l'eau leur arrivait jusqu'au cou. Lina Marcela Morales cherchait samedi cinq de ses proches qui "dormaient et n'ont pas eu le temps de sortir de leur maison, déjà inondée", selon son récit diffusé par la présidence.

De violentes pluies, dues au phénomène climatique El Niño, affectent depuis plusieurs semaines la région des Andes, dans le nord-ouest de l'Amérique latine. Elles ont aussi provoqué des inondations au Pérou, avec 101 morts et plus de 900.000 sinistrés, et en Equateur, qui déplore 21 morts et 1.280 sinistrés.

Dans la soirée de vendredi, il est tombé 130 millilitres de pluie, soit 30% de la moyenne mensuelle à Mocoa. La catastrophe s'est produite à la suite du débordement des rivières Mocoa, Mulato et Sangoyaco, qui coulent en surplomb de la ville.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.