Gilberto Rodrigues Leal, otage au Sahel
Gilberto Rodrigues Leal, otage au Sahel © Radio France

Il était l'un des deux derniers otages français dans le monde : selon un groupe djihadiste, Gilberto Rodrigues Leal est mort. Une annonce faite trois jours après la libération des quatre journalistes enlevés en Syrie.

Dimanche dernier, dans une interview, Laurent Fabius évoquait la situation des deux derniers otages au Sahel, Serge Lazarevic et Gilberto Rodrigues Leal, et exprimait sont "inquiétude" sur la situation de ce dernier, dont le quai d'Orsay n'avait plus de nouvelles. C'était quelques heures après la libération de Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torrès. C'est finalement ce mardi soir qu'un groupe djihadiste, Mujao, a annoncé sa mort, "parce que la France est notre ennemie".

Le ministère des Affaires étrangères assure de son côté qu'il ne possède aucun élément matériel permettant de prouver la mort l'otage. Mais l'Élysée, de son côté, assure que cette mort ne restera "pas impunie",évoquant un décès il y a "plusieurs semaines".

Gilberto Rodrigues Leal avait été enlevé au Mali le 21 novembre 2012, un an après Serge Lazarevic. Il était depuis retenu dans un endroit inconnu, mais les autorités françaises estimaient qu'il se trouvait toujours dans la région du Sahel.

Les otages au Sahel
Les otages au Sahel © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.