Des dizaines de milliers de manifestants réunis à Tunis.
Des dizaines de milliers de manifestants réunis à Tunis. © EPA/MaxPPP

Des dizaines de milliers de personnes, dont plusieurs dirigeant étrangers, ont défilé dimanche dans les rues de Tunis, en réaction à l'attentat du musée du Bardo le 18 mars dernier.

"Tunisie libre, terrorisme dehors", "Notre pays est plus fort que vous", scandaient la foule sur l'avenue qui mène au Bardo. Les manifestants ont été rejoints par plusieurs dirigeants, le chef de l'État tunisien Béji Caïd Essebsi en tête, accompagné par ses homologues français François Hollande, gabonais Ali Bongo ou encore palestinien Mahmoud Abbas.

Béji Caïd Essebsi a salué la forte mobilisation des Tunisiens :

Un grand salut au peuple tunisien qui a prouvé qu'il ne cèderait pas au terrorisme. Merci à tous et je dis au peuple tunisien: 'En avant! Tu n'es pas seul'

Et maintenant ? Ne rien lâcher. Le reportage de Gaëlle Joly à Tunis.

Sous haute sécurité

Le cortège était placé sous haute sécurité : des centaines de policiers ont encadré la marche et des hélicoptères survolaient la zone. Les dignitaires ont ensuite inauguré une stèle portant les noms des 22 victimes de l'attentat du 18 mars (21 touristes et un policier tunisien). Une quatrième Française est décédée samedi.

Le chef de l'État tunisien a d'ailleurs remercié François Hollande d'avoir fait le déplacement. Le président français a lancé :

Le terrorisme a voulu frapper un pays, la Tunisie, qui avait engagé le Printemps arabe et qui a eu un parcours exemplaire en matière de démocratie, de pluralisme (...). Nous devons tous lutter contre le terrorisme.

Samedi soir, à la veille de cette marche, neuf islamistes, dont un commandant algérien accusé d'avoir contribué à préparer l'attaque du musée du Bardo, ont été tués par des agents de la Garde nationale tunisienne dans le sud du pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.