Alexis Tsipras, avec le chef de l'État grec, lors de sa prestation de serment.
Alexis Tsipras, avec le chef de l'État grec, lors de sa prestation de serment. © Reuters

Le parti de Tsipras, Syriza, gouvernera dans le cadre d'une coalition avec la formation souverainiste Grecs indépendants, qui ont fait élire 13 députés. Syriza a obtenu dimanche 36,3% des voix et 149 députés.

Alexis Tsipras, chef de file du parti de gauche anti-austérité Syriza, a prêté serment lundi après-midi, en tant que nouveau Premier ministre grec, au lendemain de la victoire électorale de sa formation. La cérémonie d'investiture a eu lieu en présence du chef de l'État, Karolos Papoulias.

Dans la matinée, Tsipras avait conclu un accord de gouvernement avec le mouvement des Grecs indépendants (droite souverainiste), qui dispose de 13 élus au nouveau parlement. Syriza a frisé la majorité absolue, avec 149 députés sur un total de 300 à la Vouli.

Les contours de la nouvelle coalition par Bertrand Gallicher

La liste de son gouvernement devrait être dévoilée mardi. Selon trois membres du parti de la gauche radicale, l'économiste Yanis Varoufakis devrait être nommé à la tête du ministère des Finances.

► ► ► LIRE |Une nuit d'élections historiques en Grèce

La Grèce passe à gauche
La Grèce passe à gauche © Radio France

Qui est Alexis Tsipras ?

Son portrait par Angélique Kourounis à Athènes

Qui est Alexis Tsipras ?
Qui est Alexis Tsipras ? © Radio France

Bruxelles évoque un rééchelonnement de la dette, pas un effacement

Les Européens se sont dits prêts lundi à accorder plus de temps à Athènes pour rembourser ses dettes mais ne semblent guère disposés à négocier une réduction de la dette qu'entend obtenir le parti de la gauche radicale Syriza.

Les ministres des Finances de la zone euro devaient se réunir dans l'après-midi à Bruxelles pour examiner les conséquences de l'alternance au pouvoir à Athènes alors que le programme en cours d'assistance financière expire en l'état le 28 février.

Le Premier ministre finlandais, Alexander Stubb, a déclaré :

Il n'y aura pas de remises de dette mais nous sommes prêts à discuter d'une extension du programme de renflouement ou des échéances (...) Mais cela ne changera rien au fait que la Grèce doit poursuivre les réformes économiques.

"La France aux côtés de la Grèce"

"La France sera aux côtés de la Grèce" pour préparer son avenir après la victoire de la gauche radicale aux élections législatives, a assuré lundi François Hollande au nouveau Premier ministre grec, Alexis Tsipras.

Lors d'un entretien téléphonique, le président français a invité le nouveau dirigeant grec à venir "rapidement" à Paris. François Hollande "a exprimé sa volonté de favoriser les discussions et le dialogue afin de permettre à la Grèce de retrouver le chemin de la stabilité et de la croissance dans l'esprit de solidarité et de responsabilité qui rassemble les Européens", souligne l'Elysée dans un communiqué.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.