Alexis Tsipras
Alexis Tsipras © MaxPPP

Il y a toujours la possibilité d'un accord entre la Grèce et ses créanciers, sous réserve que les autorités et le peuple grecs le veuillent, a déclaré lundi François Hollande.

La France espère .. .

Lors d'une brève déclaration à l'issue d'un conseil des ministres restreint consacré à la Grèce, le président a souligné que la France était "toujours disponible pour que le dialogue puisse reprendre".

François Hollande a ainsi déclaré :

Je souhaite que si les Grecs en décident, (...) cette négociation puisse reprendre. La France est disponible, toujours disponible pour que le dialogue puisse reprendre aujourd'hui ou demain, mais aujourd'hui il y a toujours la possibilité d'un accord , demain, ça dépendra de la réponse des Grecs au référendum. La France est toujours prête à agir, mais elle ne peut le faire que s'il existe une volonté commune de parvenir à une solution.

François Hollande a dit regretter la décision d'Alexis Tsipras de suspendre les négociations "parce que nous étions tout près d'un accord" :

L'économie française est robuste et elle "n'a rien à craindre de ce qui peut se produire.

18 sec

François Hollande : "l'économie française est robuste et elle "n'a rien à craindre de ce qui peut se produire"

... l'Europe modère

Le président de la Commission européenne a exhorté lundi les citoyens grecs à mesurer l'importance des concessions faites par leurs créanciers et à approuver lors du référendum de dimanche le projet d'accord que leur gouvernement a rejeté.

Jean-Claude Juncker a déclaré :

Il ne faut pas se suicider parce qu'on a peur de la mort. Je demande au peuple grec de voter oui, quelle que soit la question. Nous avons véritablement déplacé des montagnes jusqu'à la dernière minute, jusqu'à ce que les négociateurs grecs quittent la table des négociations.

59 sec

Jean-Claude Juncker : "il ne faut pas se suicider parce qu'on a peur de la mort"

Il a accusé le gouvernement grec d'avoir quitté la table des négociations samedi avant que les pourparlers soient finalisés et d'avoir présenté une version dépassée du projet d'accord. Le président de la Commission s'est toutefois dit prêt à reprendre les pourparlers avant le référendum et à convoquer pour cela les dirigeants de la zone euro.

"Les athéniens restent stoïques" : reportage à Athènes de Marine Chaillou

1 min

"Les athéniens restent stoïques" : reportage à Athènes de Marine Chaillou

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré lundi lors d'une réunion des dirigeants de son parti, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) que c'était à la Grèce de bouger pour sortir de l'impasse où elle se trouve avec ses partenaires de la zone euro, selon des personnes présentes à la réunion.

Les décisions concernant la Grèce, a déclaré la chancelière à ses collègues de la CDU, ne peuvent être prises qu'au jour le jour, compte tenu du niveau actuel d'incertitude, rapportent les participants.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.