Les migrants recommencent à affluer sur les îles grecques ces deux dernières semaines après le coup d'Etat raté en Turquie, selon les chiffres publiés par le gouvernement grec.

Le flux migratoire est en hausse depuis deux semaines en Grèce.
Le flux migratoire est en hausse depuis deux semaines en Grèce. © Maxppp / Dimitris Lampropoulos

Le flux migratoire sur les îles grecques, qui avait presque stoppé après l'accord UE-Turquie, a enregistré une légère hausse ces deux dernières semaines, selon les chiffres quotidiens publiés par le gouvernement grec. Depuis la signature le 20 mars de l'accord UE-Turquie, la moyenne du nombre d'arrivées sur les îles grecques n'était que de 30 migrants par jour, mais depuis le putsch raté du 15 juillet, cette moyenne est passée à 100.

Un chiffre qui n'a tout de même rien à rien à avoir avec les centaines de milliers de migrants qui avaient débarqué l'année dernière sur les îles grecques en mer Égée, en provenance des côtes turques, et dont la majorité est passée dans les pays d'Europe occidentale.

500 réfugiés renvoyés en Turquie

Certains experts craignent tout de même que l'état d'urgence décrété en Turquie et la purge récente effectuée dans l'armée, la fonction publique ou les médias --une situation critiquée par de nombreux responsables européens-- puisse avoir des répercussions négatives sur l'accord UE-Turquie. Trois jours après le putsch manqué, les sept observateurs turcs qui avaient été envoyées sur des îles grecques dans le cadre de l'application de l'accord UE-Turquie, sont rentrés chez eux pour et ils n'ont pas été encore remplacés.

57.000 réfugiés et migrants sont bloqués en Grèce depuis le verrouillage des frontières, dont des milliers d'enfants.

A Athènes, les explications d'Angélique Kourounis

En vertu de l'accord UE-Turquie, les migrants arrivés sur les îles grecques après le 20 mars, sont placés en rétention et sont censés être renvoyés en Turquie si leur demande d'asile en Grèce est rejetée. Jusqu'ici moins de 500 réfugiés ont été renvoyés en Turquie car la majorité des migrants demandent l'asile en Grèce pour échapper au renvoi, une procédure très longue.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.