Alexis Tsipras n'a pas caché qu'il ne "croyait pas" à ces mesures qui n'allaient "pas bénéficier à l'économie grecque"
Alexis Tsipras n'a pas caché qu'il ne "croyait pas" à ces mesures qui n'allaient "pas bénéficier à l'économie grecque" © MaxPPP

C'est un remaniement massif : dix ministres du gouvernement Tsipras qui ont voté contre l’accord de Bruxelles signé lundi ont été contraint à la démission.

Euclide Tsakalotos, ministre des Finances, et Georges Stathakis, ministre de l'Economie, restent en poste ,contrairement à Panagiotis Lafazanis, remplacé par Panos Skourletis, au ministère de l'Energie. Il héritera de dossiers sensibles, avec notamment plusieurs dossiers de privatisations .

Georges Katrougalos, ministre de la Réforme administrative, succède à Panos Skourletis au ministère du Travail. Deux autres ministres qui s'étaient illustrés en fustigeant le programme ramené de Bruxelles par Alexis Tsipras, Dmitris Stratoulis, secrétaire d'Etat au Travail, et Costas Isychos, secrétaire d'Etat à la Défense, ont perdu leur ministère. Dmitris Stratoulis est remplacé par Pavlos Chaikalis, ancien acteur et membre du parti de droite Anel (Grecs indépendants) qui fait partie de la coalition formée par Alexis Tsipras après les élections législatives de janvier.

Nadia Valavani, qui s'était elle aussi publiquement opposée au programme d'aide, est remplacée par Tryfon Alexiadis, spécialiste de la fiscalité, au poste de vice-ministre des Finances. Olga Gerovassili, une parlementaire de Syriza, devient porte-parole du gouvernement et Christoforos Vernardakis, prend le poste de secrétaire d'Etat à la Défense. Les nouveaux ministres devraient prêter serment samedi.

Comprendre les enjeux du remaniement en Grèce avec à Athènes

Un choix contraire aux principes de camaraderie selon Tsipras

Cité par son entourage, le Premier ministre Alexis Tsipras a regretté jeudi un choix "contraire aux principes de camaraderie et de solidarité dans un moment crucial" qui a créé selon lui "un traumatisme".

Les députés grecs ont donné leur feu vert par 229 voix pour, dans la nuit de mercredi à jeudi, aux mesures d'austérité draconiennes exigées par les créanciers, ouvrant la voie à des négociations sur un troisième plan de sauvetage financier.

Les banques grecques ouvriront lundi

Depuis trois semaines, elles avaient le rideau fermé et leurs distributeurs ne fonctionnaient qu'avec parcimonie. Les banques grecques ouvrent à nouveau lundi. Les conditions de retrait vont un peu s'améliorer. Les Grecs vont pouvoir par exemple retirer plus de 60 euros en liquide par jour mais à condition de ne pas dépasser 420 euros par semaine. Ils pourront aussi utilier leur carte bancaire pour des achats à l'étranger. Quelques excéptions mais le transfert des capitaux reste encadré.

Dans certains secteurs, la pénurie guette. Comme dans les pharmacies où les fournisseurs étrangers ont restreint les livraisons par peur de ne pas être payés.

Illustration à Athènes avec Géraldine Hallot

Le parcours de Tsipras
Le parcours de Tsipras © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.